> 3 poèmes extraits de “Tua e di tutti, la Tienne et à tous” , traduction de Joëlle Gardes

3 poèmes extraits de “Tua e di tutti, la Tienne et à tous” , traduction de Joëlle Gardes

By | 2018-01-20T18:18:45+00:00 30 septembre 2017|Categories: Blog|

 

 

 

Quella parte di silen­zio
che ci copre il viso. Il par­co
aper­to e nero in fon­do alla stra­da in fon­do alla stra­da
in fon­do alla cosa che fai. Sul tuo viso
c’è qual­cu­no che smette, all’istante
rompe un vetro, cade
un cie­lo addos­so alle pare­ti e tut­to
è tem­po feri­to, lim­pi­do
alone fra i capel­li, il ves­ti­to. Come taglia
ques­ta luce nell’erba e las­cia
soli nel dia­lo­go.

 

 

 

Cette part de silence
qui nous couvre le visage. Le parc
ouvert et noir au fond de la rue
au fond de ce que tu fais. Sur ton visage
il y a quelqu’un qui s’arrête, à l’instant
brise une vitre, contre les murs
un ciel tombe et tout
devient temps bles­sé, lim­pide
halo entre les che­veux, le vête­ment. Comme tranche
dans l’herbe cette lumière qui laisse
seuls dans le dia­logue

 

 

 

 

 

La cit­tà che splende. La notte.
Il vuo­to le strade. Gli ango­li sca­val­ca­ti
dal fia­to cor­to le poche
donne sui mar­cia­pie­di e sem­bra tut­to catrame
ques­to tem­po, sen­za rime­dio
sen­za soc­cor­so. Ma poi alti
sono gli uomi­ni che dor­mo­no sui pra­ti
e le pietre delle fon­tane, slab­brate
sono piene di muschi foglie ombre ed è notte però
il vuo­to, le strade. Lingua mor­ta
che nelle cose vive alber­ghi e las­ci
la tua cre­pa come uno stig­ma ; fa’ che io pos­sa
met­tere la tes­ta tut­ta den­tro
che io vi spin­ga bat­ten­do reni cosce e pet­to un pugno
di gioia ter­re­na.

 

 

 

L’éclat de la ville. La nuit.
Le vide les rues. Les tour­nants enjam­bés
le souffle court les rares
femmes sur les trot­toirs et elle semble toute de bitume
cette époque, sans remède
sans secours. Mais grands
sont les hommes qui dorment dans les prés
et les pierres des fon­taines, ébré­chées
sont pleines de mousses de feuilles d’ombres et pour­tant c’est la nuit
le vide, les rues. Langue morte
qui résides dans les choses vivantes et aban­donnes
ta fêlure comme un stig­mate ; laisse moi
y mettre la tête entière
laisse moi y enfon­cer en pétris­sant reins cuisses et poi­trine un poing
de joie ter­restre.

 

 

 

 

 

La tes­ta che ora
vi si immerge ; nell’immagine tu sei
came­rie­ra di ven­tu­no al ban­cone del bar.
Occhi azzur­ri occhi bian­chi. Una mas­cel­la fuo­ri
posto ormai. Ma se poi noi
indie­tro risa­lia­mo ogni sca­li­no, dopo l’androne
la stra­da. Ma se can­cel­lia­mo la ser­ran­da
la mac­chi­na il tuo minu­to e l’alba
del­la cro­na­ca. La vita cosa è
che rima­ni così, imme­ri­ta­ta
negli sguar­di che hai dato a me
sco­nos­ciu­to fra tan­ti. Sono i mor­ti che ci ren­do­no
al mono­lo­go ; all’impossibile
sto­ria del vero.

 

 

 

La tête qui main­te­nant
s’y plonge ; sur l’image tu es
une ser­veuse de vingt et un ans au comp­toir du bar.
Yeux bleus yeux blancs. Une mâchoire
dépla­cée désor­mais. Mais si nous
remon­tons chaque marche, après le cou­loir
la rue. Mais si nous sup­pri­mons la ser­rure
la voi­ture la minute déci­sive et l’aube
de la chro­nique. La vie c’est quoi
pour que tu demeures ain­si, immé­ri­tée
dans les regards que tu m’as adres­sés
moi un incon­nu par­mi tant d’autres. Ce sont les morts qui nous rendent
au mono­logue ; à l’impossible
his­toire du vrai.

 

 

 

 

 ces poèmes sont extraits du recueil Tua e di Tutti, La Tienne et à tous, désor­mais introu­vable, publié en juillet 2015 par Recours au Poème édi­teurs.