> AEONDE (extrait)

AEONDE (extrait)

By | 2018-01-17T21:26:17+00:00 23 novembre 2014|Categories: Blog|

 

 

 

I choose a mourn­ful Muse

 

Au jar­din une grive draine
frotte
de la pointe du bec
les écailles rouillées de la grille fer­mée

La bruine ce matin a brû­lé les par­terres
et des fan­tômes d’arbres secouent leurs bras en pleurs

Au trem­blé de la voix se figent les images

Eprise de reflets
l’eau givre comme le tain
dans  le miroir où s’éternise
la mer­cu­rielle flo­rai­son

Le réel ondoyant glis­sant
sur la sur­face
se greffe au fili­grane
des fûtaies endor­mies
sous le gre­nu gré­sil du vif-argent ter­ni

*

A ces images entée
je fran­chis les confins qu’aux choses assignent les paroles

Le monde spé­cu­laire ouvre sur l’infinie
blan­cheur
où naissent les étoiles

L’éclat d’anciens désastres y meurt en des lueurs
de soleils incen­diés

et des visions par­fois
fugi­tives
s’y lisent

Mais fuis à la nuit close
le miroir à ton âme
ten­du

Lors appa­raît
sous tes traits rési­liés

Ange sombre

              Aeonde

*

Fatale semeuse dans l’orbe des pla­nètes
son sillage en l’éther est veine de bitume

A l’écho de son pas se brise le fer­ret
dans le coeur
de la pierre

et l’étoile gra­vée sur le front des pro­phètes
est l’empreinte du bronze
de sa main

*