> Adrienne Rich

Adrienne Rich

2017-12-30T23:19:55+00:00

 Adrienne Rich naît le 16 mai 1929, à Baltimore, dans le Maryland. Dès la publi­ca­tion de son pre­mier recueil A change of World, en 1951, elle est dis­tin­guée par Auden, étant encore sous son influence, ain­si que sous celles de Frost, Yeats, Stevens. Lorsqu’elle com­mence à vivre à New York, en 1966, elle se porte avec un vif inté­rêt vers les œuvres de James Baldwin et celles de Simone de Beauvoir, et, avec son mari Alfred Conrad, éco­no­miste de Harvard, elle entre dans les mou­ve­ments de lutte pour la jus­tice sociale, la défense des droits civiques et les droits des femmes qui la concernent plus per­son­nel­le­ment. Plus tard, en 1976, elle s’engage dans les mou­ve­ments gays et les­biens, au moment où elle com­mence à vivre avec l’écrivain et édi­trice Michelle Cliff. Adrienne Rich meurt à Santa Cruz, aux Etats-Unis, le 27 mars 2012.

 

 

 

Adrienne Rich

Poétesse et théo­ri­cienne fémi­niste, Adrienne Rich a ensei­gné dans de nom­breuses uni­ver­si­tés amé­ri­caines de renom et reçu un grand nombre de prix. Par ses écrits, tout comme par sa lutte contre le racisme, le mili­ta­risme, l’homophobie et l’antisémitisme, elle acquis une très grande influence aux États-Unis. Sa poé­sie, bien sûr, garde for­te­ment l’empreinte de son che­mi­ne­ment per­son­nel et poli­tique. Ses poèmes sont, à ses débuts, com­po­sés sui­vant une tech­nique adap­tée du mon­tage ciné­ma­to­gra­phique, puis sa voix s’affermit encore sou­te­nue par sa déter­mi­na­tion à « agir d’emblée et ouver­te­ment comme une femme ayant un corps de femme et une expé­rience de femme » 1. Adrienne Rich parle pour ceux qui n’ont pas la parole, avec la voix du témoin et celle de la mytho­graphe ; elle rap­pelle ce qui a été oublié, réin­vente la vie des femmes là où leur trace a été effa­cée.

  

Les poèmes d’Adrienne Rich sont édi­tés aux États-Unis : Adrienne Rich, Collected Poems 1950-2012, W. W. Norton & Company, 2016.

Marie-Christine Lemardeley-Cunci lui a consa­cré une étude en fran­çais : Adrienne Rich, Cartographie du silence, Presses Universitaires de Lyon, 1998.

On peut éga­le­ment lire dans la revue Europe un dos­sier impor­tant consa­cré à Adrienne Rich : Europe numé­ro 996, avril 2012.

Autres lec­tures


Notes

  1. Blood, Bread, and Poetry : Selected Prose, 1979 – 1985 (Includes the noted essay : “Compulsory Heterosexuality and Lesbian Existence”) []