LINDA MARIA BAROS

par : Anonyme

3 POEMES

Triple pont. La culasse de l’œil pinéal

 

C’est comme si, coupé en trois, tu voulais traverser
                       la douce rivière Ljubljanica,
           acculer au bout du pont
                       la créature écailleuse du parvis
                                   qui tourne là-bas, sur place,                      
                       comme une tronçonneuse circulaire.

Mère, en pleurs, une sacoche de légumes dans les bras.
Peut-être ramasserait-elle par terre, avec les mains,
                       la chair qu’on a râpée de tes os.
                       L’œil fermé, pinéal.

Mère, elle saurait comment une larme s’arrondit en toi,
                                              blottie comme un fauve,
                       selon les lois de la plus petite surface
                       sur laquelle peut s’étendre la douleur.
Comment une larme tourne là-bas, sur place,
                       toujours sombre, comme une foreuse,
ce tourbillon de sang dont tu as réchauffé les marches
                                  de la cathédrale,
                                  les murs, la cadence du tir ;
           une larme dans laquelle mère lave longtemps,
           comme pour un fils perdu, les ongles arrachés,
                                  la plante des pieds.

Derrière, il y a le pont triple :
                       au long duquel tu t’en vas, si tu t’en vas,
                       au long duquel tu viens, si tu viens,
                                  au long duquel tu t’en vas.    
           L’œil fermé, pinéal. Sa culasse.

Les gens sortent dans la rue en tranches fines

 

Chaque soir, je descends dans la rue
           et la rue s’enroule autour de moi
           comme le bandage sur la plaie.

Je passe le fleuve. Ses chiens infidèles
           me lèchent la main.
Par-dessous les ponts,
           coule la chair de mes ennemis,
                                  en grands quartiers, bleuâtres.

C’est ainsi que je marche à travers la ville,
                       comme un dieu paresseux et cruel.
Les rues s’enroulent, poisseuses,
                       l’une après l’autre, autour de moi,
et cet enroulement, c’est la ville même,
           sous les hardes militaires du matin.

Toujours plus mince, toujours plus lucide.
C’est ainsi que je marche à travers la ville.
Comme un doigt qui tourne dans la plaie,
                                                          qui l’élargit.

 

Béton C100/115 autocompactant

 

Ce qu’on voit, c’est la ville, sa fosse commune.
                       Là-bas, il y a la fabrique de clous, la forge
aux portes grandes ouvertes, le bâtiment de la filature
                   – comme une oreille immense, parabolique.
Des toitures et autres baldaquins qui attendent leur proie,                        
            des porte-monnaies carnassiers, prêts à écorcher
                                  la beauté des mannequins locaux.

Dans les parcs, dans les impasses, guettent déjà héroïquement
           tous ceux qui dessinent des cibles et dressent le périscope.
           À chaque instant, le slam aboulique perfore le béton,
                       l’âme des fonctionnaires insomniaques qui
           s’élancent, prennent leur envol vers la décharge publique.
                       Et il y a aussi les pierres tombales que les enfants
                                              soulèvent l’après-midi en jouant.

Le reste, c’est du béton.
Le cimetière vertical, presque propre, des murs.
Un ordre militaire, héroïque lui aussi. Tu passes au long
                      du boulevard comme parmi des carcasses de porc  
                              accrochées dans un congélateur énorme.

 

Le quartier ancien, on ne le regarde pas. Les quartiers anciens
                sentent mauvais. Les murs craquent,
                                                les chiens te tapent sur l’épaule.

De l’autre côté, l’on entrevoit la crevasse d’un nouveau boulevard,
           au-dessus duquel bruiront les herbacées des toits.
Les aveugles ne se sont pas encore hissés jusqu’en haut ;
                                                ils n’ont pas acquis la moindre lumière.
                       Les toits sont déserts – il n’y a guère de passants –,
                                                                      presque lunaires.
           S’érigent là-bas de grandes HLM, leur appareil excréteur.
Et les immeubles à venir s’appuient contre les tranchées de combat,
                                                                      contre les rues à venir.
Mais là-bas, la ville nage encore dans ses souterrains.
Les bras des grues tournent par-dessus jusque très tard le soir,
           à la recherche de l’unité dialectique du ciel et de la terre.

Et vers le sud, en plein champ, s’élèveront les murs pâteux
                des lotissements, avec leurs pelouses accouplées
les unes aux autres, avec la gonorrhée des piscines.
                       Avec les tympans crevés par les longs cris
                                  des femmes attachées au mât des maisons.

On construit des murs. C’est une zone où, la nuit,
                                  le silence est presque industriel.
Seul le bourdonnement léthargique du béton te rentre dans les os.
           Comme partout : du béton C100/115 autocompactant.