Quine Chevalier

par : Anonyme

9 poèmes

Neige conçue

 

                                                                                                    Pour Saad    
  

           Neige conçue

           autre part
           du monde
           puissante étendue
           qui cache herbe et roche
           source muette prise

                         dans la glace des collines

           Les traces du cerf
           sont les seules
           que tu bois

                            lumière des contours

          L’ombre légère saigne
          et mord ta main
          peu à peu s’éteint
          la lampe au revers
         des montagnes

Neige conçue 2

   

    Neige conçue
    de toute part
    près du buisson
    ardent que trouble
    l’appel du merle

   L’homme s’en revient
   piétiner la neige
   briser branches lourdes

  Il hèle l’enfant qui patine
  légère glace de l’effroi
  au bord de l’étang
  bâtir un regard
  clair au-dessus

Neige conçue 3

 

       Neige conçue
       impudique au matin
       rouge le sang des chiens livrés
       sans chaîne
       ni raison

       Quelle bête épuisée
       a pris part au festin

       Tu rinces tes rêves
       de nuit
       dans le vif
       éclat mordant de l’âpre
       rigueur de chair

       mais la neige de toi
       en toi
 

Neige conçue 4

 

 

Neige conçue
dans la trace dévoilée

            l’arbre l’air l’ardent
trois prières
un feu vers lequel
tendre les mains

et l’oiseau me tire
d’un rêve
je blottis ma joue
sous le ventre des nuits

Au hasard du chemin
la prairie démêle
oublié sous la glace
            le tison chantant

d’un fruit venu

Au bord du feu

 

I

 

                  Au bord du feu, au ban des ronces
                  entre les plaines délétères,

                  corps de naissance
                  en rien vêtu

                  les hardes ouvertes de lumière,
                  tu jettes un corps sur tes épaules.

                  Lequel des deux infanticide ?
                  Le vent rafle les chevaux sans territoire.

                  Nuit sacrificielle
                  sur les cerceaux hantés

                  du grand portique :
                  danse.

              

 

II

Par la vraie nuit
à ses textures de silence

au bord du feu
au ban des ronces

porter un corps
et son vertige

un corps jeté
hors la nuit

sur les épaules
 

Ensorcelées sous le soleil

 

                                                                                              Pour Annie Estèves                                        
                                                                                                                                                            

Ensorcelées sous le soleil
les ombres sont féroces

l’aube sans voix décline ses miroirs
et le vent dans tout ça
qui palabre
            violente.

Ensemble nous marchons
dans nos creux
soulevant
l’herbe des secrets

que nous buvons le soir
dans la lampe qui brûle.

Quel hameau a quitté
l’enfant de nos désirs
sur quel arbre d’oubli
            a-t-il planté ses rêves ?

La main n’est plus qu’un nid
l’ombre se repose
les yeux ardent la plaine

où passe le gerfaut.

                                                                        

                                                 - I -

 

Chimères dans la bouche
inscrites au livre noir

faux dragon quand le feu
n’est plus qu’une bougie.

Les visages anciens chuchotent
autour des flammes
ont perdu leur pouvoir
et maléfices vains.

L’enfant revient
ailé d’un autre feu
des rubis sur la lèvre
qu’attisent les étoiles

il jongle sur l’étang
dans les arbres si purs

se pare d’écorces
de plumage
et le vent dans tout ça

qui l’attire et l’enchante.
          

                                   
                                                -  II  -

 

Nuit-gorge d’étincelles

 

                  Nuit-gorge d’étincelles
                  les branches saignent,
                  subitement ocres sinueuses.

                  Frêle strie de feu-follet
                  dans la ténèbre, la tessiture
                  comme un rêve s’évapore :
                  c’est l’étrangère.

                  Plus de trêve. Fleuves en loques.
                  Rivière sang.
                  Ondulation terrible des limbes.

                  Eprouver,
                  aiguiser l’ombre au poitrail.

                  Et dans l’eau grise des étoiles
                  mugit une sarabande.

Par lui

 

Pour Héloïse Dautry

Par lui, à travers lui
la musique se déploie
et les chœurs d'ange
frêle voix,
des flûtes
se répondent
c’est une forêt où se mêlent
appels célestes harpes et cristal
On croit ainsi toucher l’air
la moindre goutte de vent
sur les paupières à frémir
chant mortel tendu.
Agneaux et cerfs
se répondent par bruissement
et la fauvette débusquée
ouvre l’aile sur un cri.
Aux lèvres itinérantes
la source tremble.

Ô

 

Ô
  qu’un souffle
        traverse mon lieu
          l’âge
   divin
du poème