Etats provisoires du poème, 13

par : Anonyme

Les éditions Cheyne, avec ce volume 13, poursuivent leurs états provisoires du poème, en collaboration avec le Théâtre National Populaire de Villeurbanne. On lira ici des textes de 9 poètes réunis autour d’Aimé Césaire, poètes dont on imagine qu’ils savent dans quelle histoire extraordinaire ils mettent les pieds en se frottant provisoirement au TNP. 9 poètes donc : Barthélémy, Doucey, Boni, Maximin, Bourel, Navarro, Devi, Pépin et Wauters. Césaire… C’est que nous « fêtons » les cent ans de la naissance du grand poète, le Nègre Césaire. Cela a donné lieu, justement, au TNP, à l’exceptionnelle mise en scène d’Une saison au Congo, par Schiaretti, mise en scène que l’auteure de ces lignes a eu l’immense chance de voir il y a peu. Quelle pièce ! Lumumba et Mobutu, la décolonisation, ces blancs qui partent sans partir, laissant le pays à de nouveaux blancs à la couleur de peau noire, le katanga… Une pièce et une mise en scène très loin de la vision du monde en noir et blanc que l’on croise encore trop souvent dans les ruelles de Paris en France. Les éditions Cheyne, à cette occasion, ont posé une question aux divers poètes évoqués : « Que devons-nous à Aimé Césaire ? ». Les réponses sont diverses et donnent des regards tout aussi divers sur l’influence que peu avoir Césaire sur des ateliers poétiques contemporains. Pour notre part, nous retiendrons les réponses de Tanella Boni, Daniel Maximin, Antoine Wauters et Mariette Navarro, des textes sans grandiloquence, et forts en ce qu’ils réaniment la profondeur de l’Espérance contenue dans ce nom : Aimé Césaire.

Et l’occasion de saluer le travail des éditions Cheyne, sur la route qui conduit au Poème.