Ted HUGUES : Birthday Letters

 

Ted Hugues est un poète né dans le Yorkshire en août 1930. En 1951, il part à Cambridge étudier l'anthropologie et l'archéologie. Son diplôme obtenu en 1954, il s'en désintéresse et pratique toutes sortes de métiers. Il participe cette année-là, au comité de création d'une revue de poésie. L'événement qui percute sa vie survient lors de la soirée d'inauguration de cette revue, en février 1956 : il rencontre Sylvia Plath, américaine de Boston, ravissante, de deux ans plus jeune que lui, suicidaire depuis son adolescence, qui a perdu son père à huit ans et qui écrit des poèmes. Ils se marient en juin. Elle deviendra vite une poétesse célèbre, emblématique d'une génération de figures de la littérature dont s'empareront les féministes, surtout après son suicide en 1963 alors qu'elle s'est séparée de Ted quelques mois plus tôt. Ses troubles psychiatriques graves ont eu raison de la patience de Ted qui a  fini par trouver du soutien ailleurs. Cependant, le lourd passé dépressif de Sylvia ne permet pas d'attribuer réellement à ces faits le motif du suicide. Sylvia n'en était pas à sa première tentative. À ce sujet, une bonne partie du public féministe anglo-saxon, stigmatisant "l'écrasement de la femme par l'homme", en voudra terriblement à Ted, d'autant que sa seconde femme, en 1969, se suicidera aussi, en y entraînant leur fille "Shura". Cependant, Sylvia Plath et sa seconde épouse n'avaient ni l'une ni l'autre de dissensions spéciales avec Ted, en tout cas pas davantage que n'en ont la plupart des couples. L'une et l'autre étaient des profils de maniaco-dépressives graves (on dit à présent "bipolaires"). Ted Hugues, devenu poète fameux et apprécié de la reine Élizabeth II, en 1970 épouse Carol, sa troisième femme, qui ne se suicidera pas, elle, et qui élèvera les deux enfants survivants. Dans la psychologie du poète, bien sûr, ont pesé lourd les moments tour à tour heureux, passionnés ou tragiques de sa vie sentimentale, dont témoigne le recueil des Birthday Letters qui paraîtra en 1998, quelques mois avant sa mort.

Ce long préambule pour faire comprendre de quelle teneur est le contenu fondamental de son ultime et riche recueil : il est le reflet simple et sans emphase d'une vie, avec ses amours, ses circonstances quotidiennes pensives, ses relations avec les êtres de son entourage. Bien entendu la figure féminine du recueil, dominée par l'ombre de Sylvia, hante le livre, mais elle est malgré tout composite, formée secrètement des figures de femmes qu'il a connues. Le livre est puissant et émouvant, sans pathos néanmoins. D'un ton de simple sincérité, comme dans le poème Totem par exemple, où il poétise et transforme jusqu'à l'émotion pure les petits faits parfois presque ridicules de sa vie avec sa compagne. Ainsi, le recueil de poèmes se lit comme une sorte de roman poétique, sentimental certes mais sans mièvrerie du tout, composé des instantanés sublimés d'une vie de couple dont les banalités choisies et mises en relief deviennent comme des poèmes-symboles d'une existence à deux typiquement occidentale, mais d'où la poésie fait émerger des traits universels. À mon sens, ce livre de poèmes se compose du meilleur de l'art littéraire de Ted Hugues, et il est un reflet remarquable de ce que fut l'ambiance d'un certain style de la poésie anglo-saxonne, à la fin du XX° siècle. À cela, j'ajouterai que la traduction m'a semblé rendre parfaitement le ton de l'original, et qu'elle atteint fort naturellement en français le niveau inspiré de l'original, ce qui n'est pas une mince qualité. On sent que la traductrice a su habiter cette oeuvre au point d'en rendre l'émotion, au-delà du sens. Le résultat, attachant, donne envie revenir souvent à ces Birthday letters de Ted Hugues, comme si c'étaient des lettres témoignant de la naissance de "l'état poétique" en soi.