Verlaine emprisonné

par : Alain Gopnic

Ce livre peut se lire ou se parcourir en prolongement de l’exceptionnelle exposition à laquelle il est associé : Verlaine emprisonné, au Musée des Lettres et Manuscrits (jusqu’au 5 mai 2013). Il peut aussi être lu de façon autonome, en particulier par ceux qui ne peuvent se rendre à Paris pour voir l’exposition. Plus de 220 pages associant une masse impressionnante de reproductions, la plupart étant des documents présentés à l’exposition, et le texte entraînant de Jean-Pierre Guéno. C’est un beau livre, au sens réellement noble de ce terme.

De quoi s’agit-il ?

Le Musée des Lettres et Manuscrits donne à voir, pour la première fois, au public le manuscrit original de Cellulairement, l’ensemble des poèmes écrits par Verlaine en prison, après qu’il ait tiré au revolver sur Rimbaud. Le texte n’a jamais été édité tel quel du vivant du poète, les poèmes ayant été répartis par Verlaine dans divers recueils. C’est ce que donne à voir l’exposition, et aussi l’histoire que donne à lire l’ouvrage de Guéno. Une histoire au sens large car Verlaine emprisonné s’organise en chapitres, avec chaque fois des documents exceptionnels et la plupart du temps des poèmes, qui permettent de « faire le tour » de l’homme Verlaine et de cette affaire criminelle pour le moins célèbre. Le parti pris est passionnant : Verlaine est emprisonné car il fait des séjours en prison, bien sûr ; il est aussi intérieurement emprisonné, depuis sa naissance, par diverses cellules dont la moindre n’est pas sa souffrance personnelle. L’ensemble est très beau, passionnant même. Tant pour ceux qui aiment Verlaine que pour ceux qui le connaissent mal, car livre et exposition ont cette qualité de pouvoir servir d’introduction à Verlaine pour quiconque souhaite approcher le poète. Et de s’adresser en même temps aux habitués de la poésie de Verlaine, habitués qui découvriront ici physiquement les poèmes dispersés de Verlaine. Un ensemble qui, dit-on souvent, fut le premier pas vers la conversion du poète – pour peu que celle-ci ait été acquise en profondeur, ce qui est une autre histoire…

 

Les textes de Cellulairement viennent d’être réunis en un volume de la collection Poésie/Gallimard.