> Danse, Modesty, danse

Danse, Modesty, danse

Par | 2018-01-16T22:30:07+00:00 1 novembre 2013|Catégories : Blog|

 

Danse, Modesty
Choix de poèmes

 

 

Danse, Modesty, danse,
elles sont der­rière toi, les années de camp rose,
les longues pro­me­nades soli­taires au-delà des bords des villes
et les mil­liers d’étés rem­plis de livres sur les lits.

Pour faire de la voile prends juste une tasse de thé,
des jumelles et un pro­duit qui efface
tout sou­ve­nir super­flu lors du voyage.

Dans l’ombre de l’agave qui pousse sur le bateau,
pen­dant de longues nuits au large, prête l’oreille
à la dis­pa­ri­tion des bruits du monde.

Tu as trou­vé l’amour de ta vie,
y a-t-il de bon­heur plus grand que sa pen­sée posée
sur toi à n’importe quel moment de la jour­née, et sans que per­sonne le voie !

 

Pleši, modes­ty, pleši

Pleši, Modesty, pleši,
iza tebe su godine ružičas­tog logo­ra
duge, osaml­jene šetnje pre­ko rubo­va gra­da
i tisuće lje­ta pre­pu­nih knji­ga po kre­ve­ti­ma.
Na jedrenje pone­si samo šali­cu čaja
dale­ko­zor i sred­st­vo koje briše
sva­ko suviš­no sjećanje na putu.
U sjen­ci agave koja raste na bro­du
u dugim noći­ma na otvo­re­nom, osluš­kuj
kako gube se zvu­ko­vi svi­je­ta.
Našla si lju­bav svog živo­ta
i ima li veće sreće, nego kad spus­ti se mišl­ju
na tebe u bilo koje doba dana, a nit­ko ga ne vidi !

 

***

Dah

 

Udahni i pus­ti neka sjenke inja i gomol­ja
pros­pu se i rast­vore tvoje unu­trašnje vrtove
A srce, koje godi­na­ma je sku­pl­ja­lo gorči­nu,
neka se odmo­ri pod bla­gim dodi­rom
nečije smi­rene ruke.

 

 

Souffle

 

Inspire et laisse les ombres du givre et des bulbes
se répandre et faire éclore tes jar­dins inté­rieurs.
Et le cœur, plein de l’amertume accu­mu­lée pen­dant des années,
se repo­ser sous la douce caresse
d’une main sereine.

 

***

 

Brod luđa­ka

 

U polum­ra­ku pro­laze sjene na plat­nu dok mno­ga udob­na
sje­da­la osta­ju netak­nu­ta i praz­na. Nitko ne želi gle­da­ti film
o šutn­ji i holo­kaus­tu, o boles­nim lju­di­ma koji plu­ta­ju na
lađi, sli­ka­ju cvje­tiće po bije­lim papi­ri­ma i ostavl­je­ni, jed­ni
dru­gi­ma priča­ju o još jed­nom danu u logo­ru.
A gra­do­vi ? Oni su san­du­ci puni olo­va. Državama ne tre­ba
tepa­ti, one su osve­tile svoje zemlje i osta­vile ploč­nike za
zbun­jene dječake i boles­nike.
Šutke, nakon pro­jek­cije, sme­te­na, hodam gra­dom
koji se pret­va­ra u brod luđa­ka i nes­taje u rije­ci.

 

 

Un bateau de fous

 

Dans la pénombre, les sil­houettes passent sur l’écran alors que plein de
sièges confor­tables res­tent intacts et vides. Personne ne veut regar­der un film
sur le silence et l’holocauste, les gens malades qui flottent sur
le navire, peignent de petites fleurs sur les feuilles blanches et, aban­don­nés,
se racontent les uns aux autres encore un jour de camp.

Et les villes ? Elles sont des caisses rem­plies de plomb. Pas de paroles douces
pour les États, ils ont ven­gé leurs pays et lais­sé les trot­toirs aux
gar­çons confus et aux malades.

Silencieuse, après la pro­jec­tion, trou­blée, je marche dans la ville
qui se trans­forme en un bateau de fous et dis­pa­raît dans la rivière.

 

***

 

Spora duša

 

Književnost je tek utva­ra i utje­ha za spore duše koje
zabo­ra­vile su brzo trča­ti i naba­vi­ti osob­nog ban­ka­ra.  
Skoro sam se pre­pa­la kad si se ski­nuo. Meni je knji­ga
o holo­kaus­tu bliža od tije­la golog muš­kar­ca.
Trebala bih živ­je­ti na oto­ku, gdje rad­ni dan se raz­li­kuje
od nerad­nog samo po tri bicik­la više na uli­ci.

 

 

Âme lente

 

La lit­té­ra­ture n’est qu’un fan­tôme et la conso­la­tion pour des âmes lentes
qui ont oublié de cou­rir vite et de trou­ver leur ban­quier per­son­nel.

J’ai eu presque peur quand tu t’es désha­billé. Un livre sur
l’holocauste m’est plus proche que le corps d´un homme nu.

Je devrais vivre sur une île, là où trois vélos de plus dans la rue font
la dif­fé­rence entre un jour ouvré et non ouvré.

 

***

Dnevna tuši­ran­ja

Tuširanje u podne,
mlaz mlake vode pre­ko
pre­po­na i sli­ka gra­da u
obič­noj kapl­ji­ci vode.

Tko nosi pročišćenje,
oprost, zabo­rav, utje­hu ?
Palimo svi­jeće i čeka­mo
da marš pro­tutn­ji.

U gra­do­vi­ma kopanje
kana­la ima veću važ­nost
od njež­nog pogle­da na uli­ci.

Hajde, utrl­jaj miris­ni sapun
u pode­ra­nu kožu i pot­je­raj
mol­jce lavan­dom iz kade.

Naši živo­ti su kao oprane mačke uzdi­gnute dlake.

 

 

Les douches quo­ti­diennes

 

La douche à midi, filet d’eau tiède au pli de l’aine
et l’image de la ville dans une simple goutte d’eau.

Qui apporte la pur­ga­tion, l’oubli, la conso­la­tion ?
On allume des bou­gies et on attend que la marche passe gron­dante.

Dans les villes, creu­ser un canal a plus d’importance
qu’un regard tendre dans la rue.

Vas-y, frotte le savon odo­rant sur ta peau déchi­rée
et chasse les mites avec de la lavande.

Nos vies sont comme des chats lavés aux poils
dres­sés, tou­jours prêts à se défendre.

 

***

 

Glas dobi­va tije­lo

 

Zapisi su se raz­li­li po stro­pu –
Doći ću, neću doći,
sli­ka apau­ri­na
i crtež jed­nog ras­prs­nuća.

Hajde, pre­briši ljet­no ludi­lo,
strah je nacr­tao tisuće sli­ka i
rukom si bez­broj puta pre­la­zio
pre­ko kvr­ga­vih riječi – mrzim te !

Glas dobi­va tije­lo i miluje lice.
Nagovori me, zaveži i baci psi­ma,
baš oni­ma koji negdje uza­lud
čeka­ju srce, da im se baci.

 

 

La voix prend corps

 

Les écrits se sont répan­dus sur le pla­fond –
je vien­drai, ne vien­drai pas,
l’image du Valium
et le des­sin d’un écla­te­ment.

Vas-y, efface la folie esti­vale,
la peur a des­si­né des mil­liers d’images
et ta main reve­nait sans fin
sur des mots cabos­sés – je te hais !

La voix prend corps et caresse le visage.
Convaincs-moi, attache-moi et jette-moi aux chiens,
à ceux pré­ci­sé­ment qui attendent vai­ne­ment
quelque part un cœur, qu’on le leur jette.

 

***

Mediteran, čežn­ja

 

Treba samo uze­ti per­is­kop i pogle­da­ti
dno. Morske trave lelu­ja­ju, spl­još­tene
ribe klize, olu­pine galije čeka­ju da budu
otkri­vene.

Gdje se sakri­lo bla­go ?
Otvorimo kar­tu svi­je­ta i zavi­ri­mo
u puteve kave, riže i kru­ha.

U izvr­nu­tim mori­ma riječi su pra­vil­no
pos­ložene i ptice ima­ju snaž­nije pokrete.
Oponašat ćemo drevne mor­nare i otkri­va­ti
nove puteve u pus­tin­ji Mediterana.

 

 

La Méditerranée, nos­tal­gie

 

Il suf­fit de prendre le péri­scope et d’observer
le fond. Les herbes marines ondulent, les pois­sons
apla­tis glissent, l’épave d’une galère attend d’être
décou­verte.

Où s’est caché le tré­sor ?
Ouvrons la carte du monde et jetons un coup d’œil
sur les routes du café, du riz et du pain.

Dans les mers ren­ver­sées les mots sont bien
ordon­nés et les mou­ve­ments d’oiseaux plus vigou­reux.
Nous imi­te­rons les marins anciens et décou­vri­rons
de nou­veaux che­mins dans le désert de la Méditerranée.

 

***

 

Kao Emily

 

Da mogu, živ­je­la bih kao Emily,
među pti­ca­ma i pče­la­ma u vrtu,
na sto­li­ci kraj vinove loze.
Ne bih se mica­la odatle i bio bi to
sas­vim dovol­jan pros­tor za mene.

Pila bih vodu, jela prež­ga­nu juhu i nosi­la
uvi­jek istu sivu hal­ji­nu. Okupljala bih
dru­gove da u rano popodne, ispod bora,
zbo­ri­mo o jezers­kim pjes­ni­ci­ma.

U ranim veče­ri­ma sluša­la bih zvu­kove ćuka
i tje­ra­la raši­re­nih ruku svrake koje zau­zi­ma­ju
tuđa gni­jez­da. Da mogu, živ­je­la bih kao Emily,
ispod hras­ta i čeka­la smrt s licem sretne
dje­vo­jčice.

 

 

Comme Emily

 

Si je pou­vais, je vivrais comme Emily,
par­mi les oiseaux et les abeilles dans le jar­din,
sur la chaise près de la vigne.
Je ne bou­ge­rais pas de là et ce serait
un espace suf­fi­sant pour moi.

Je boi­rais de l’eau, man­ge­rais la soupe au roux brun
et por­te­rais tou­jours la même robe grise.
Je ras­sem­ble­rais les cama­rades en début
d’après-midi, sous le pin, pour cau­ser
poètes lakistes.

Tôt le soir j’écouterais
les cris des chouettes et chas­se­rais les mains
écar­tées les pies qui prennent le nid
des autres. Si je pou­vais, je vivrais
comme Emily, sous le chêne, et atten­drais
la mort avec le visage de petite fille heu­reuse.

 

***

 

Zima na oto­ku
                               Senku Karuzi

 

Kad zime dođu na otoke s veli­kih tra­je­ka­ta
spuš­ta­ju se žene iz Smedereva i Bačke palanke.
One ima­ju kapute od ovčje vune i lije­po pje­va­ju.
Usamljeni otoč­ki muš­kar­ci pozi­va­ju ih u svoje
kuće, daju im malo sira, kru­ha i sipine juhe.
Ujutro, dok još nisu zaz­vo­ni­la zvo­na s roma­ničke
crkve, svi zajed­no kreću u malim čam­ci­ma, na puči­nu.

Eh, da vam je čuti kako peva­ju te žene koje prvi
put su puta vid­jele more ! Njihove su pjesme prave
koz­mo­go­nije, kao da pjes­mom kazu­ju gdje je
sunce, gdje su polje i nebo, a gdje more. Miješaju
se jezi­ci i ribe same uskaču u čamce, pa se opet,
bljes­ka­jući, baca­ju dole.

 

 

L’hiver sur l’île
                               à Senko Karuza

 

Quand les hivers arrivent sur les îles, des femmes
de Smederevo et de Bačka Palanka des­cendent de grands fer­ries.
Elles ont des man­teaux en laine de mou­ton et chantent bien.
Les hommes soli­taires de l’île les invitent chez
eux, leur donnent un peu de fro­mage, du pain et de la soupe de seiche.
Le matin, avant le son des cloches de l’église
romane, ils partent ensemble dans de petites barques
vers le large.

Ah, si vous pou­viez entendre chan­ter ces femmes qui pour la pre­mière
fois ont vu la mer ! Leurs chants sont de véri­tables
cos­mo­go­nies, comme si par le chant elles disaient où était
le soleil, où le champ et le ciel, et où la mer. Les langues
s’entremêlent et les pois­sons bon­dissent tout seuls dans les barques,
puis repartent en bas tout scin­tillants.

Les pêcheurs avec des che­mises com­plè­te­ment mouillées ne craignent pas le vent.
La bora ne peut rien contre eux. Leurs mains céli­ba­taires
ont enve­lop­pé les corps chauds des femmes. De leurs cœurs se sont
écou­lées des chi­mères aux che­veux noirs.

 

***

 

Vrućina

Kuće su pos­tale kave­zi, umjet­no ohlađe­na jeze­ra
s kori­ca­ma limu­na.
Zabranjeno kre­tanje između jeda­naest i tri.

Gutaš sla­nu ribu iz stak­lenke.
Mozak ti je zgus­nut i ras­to­pl­jen.

Asfalt pot­pal­je­na šuma, mlaz vode kao
more koje nedos­taje, lap­top samo ploča koju
mogu odmah baci­ti, bez grižnje sav­jes­ti.

Kroz roletne prodre pone­ka zra­ka i sas­ječe
cvi­jet u vazi, čašu na sto­lu. Kockice leda
kotrl­ja­ju se po tepi­si­ma.

 

 

La cani­cule

 

Le gou­dron comme une forêt en feu, le jet d’eau comme
une mer man­quante, l’ordinateur por­table juste une plaque que
tu peux jeter immé­dia­te­ment, sans remords.

Quelque rayon de lumière pénètre à tra­vers les volets
et coupe la fleur dans le vase, le verre sur la table.
Les gla­çons roulent sur les tapis.

J’engloutis le pois­son salé du bocal.
Le couvre-feu expire bien­tôt et la pos­si­bi­li­té
que je reste un être humain est tout à fait cer­taine.

 

***

 

Škare

 

Mogla bih prih­va­ti­ti poziv
.
Ipak, osta­jem. Tijelo putuje
samo onda kad noge
rast­va­ra­ju se same od sebe.

Samo žudn­ja nije ispi­si­va.
Noge se šire, kao vrtne škare
i nit­ko ih, osim tebe, ne može spo­ji­ti.

 

 

Les cisailles

 

Je pour­rais accep­ter l’invitation et me retrou­ver
aujourd’hui dans le lit de quelqu’un. Je reste tou­te­fois
en chaus­sons et en pyja­ma de fla­nelle.

J’écoute le chat pour­suivre le merle
et je sais que l’oiseau sor­ti­ra vain­queur.

Le corps ne voyage que quand les jambes
s’ouvrent d’elles-mêmes, avec la tête
tour­née en arrière.

Les jambes s’écartent, comme des cisailles de jar­di­nier,
et per­sonne, à part toi, ne peut les refer­mer.

 

 

tra­duit du croate par Brankica Radić