"Il y eut..." et autres poèmes

 

 

 

 

 

Il y eut

Depuis que tout a lieu

Un Voir prodigieux

Un Voir par où la Terre, n’ayant destin

Qu’en nous - myriade aveugle et sourde au nom d’humanité -  

Ici et là enfin

En d’immenses éclaircies

Et par-dessus les lois comme est l’œil héliophile

Se découvre elle-même  : vertigineuse 

Et bleue

Fulgurance rapide 

Parenthèse advenue au milieu du néant.

 

 

 

 

 

* * *

 

 

 

 

 

 

Poète celui-là

Qui devinait au fond du voyage de l’être

Ce désir de visions et d’illuminations

Moments fous de clarté au-dessus des cohues

Et qui sont les moments réveillés

De la Terre.

Moments combien ténus

Combien perdus d’avance  

Mais dont nations et peuples ne furent que le détour.

 

Poète celui-là

Palette en main ou pas

Qui vécut des soleils hors de portée du verbe.

 

 

 

 

 

 

* * *

 

 

 

 

 

 

Poème  : 

Terre et ciel un moment découchés

Des civilisations.

 

 

 

 

 

 

* * *

 

 

 

 

 

 

 

Dans l’été

Saison libre

La page en embuscade

Je passais mes journées à guetter la marée infinie 

Du soleil

Miracle toujours jeune

Mais dont le fil des jours nous détourne sans cesse.

 

Ma vie, trouée partout

Devenait extatique.

 

Voyance à perdre haleine

L’hier et l’aujourd’hui  : tout en moi culminait.

 

Les mots mêmes qu’on crut d’un pays familier

J’en touchais par instants la folie.

 

 

 

 

 

 

* * *

 

 

 

 

 

Donner des yeux à la planète.

Même brièvement.