> Driving Conduire

Driving Conduire

By | 2018-01-19T10:27:36+00:00 13 février 2013|Categories: Blog|

 

Le pro­blème c’est les feuilles et le ratis­sage
de la mémoire est un acte fai­sant se dérou­ler ce qui tombe ici

L’objet vers lequel le râteau se déplace
n’est pas ce qui se trouve ici
mais un verbe à la suite du sujet des feuilles
qui désigne les feuilles comme son objet

Le grand érable dans la cour plus large que la cour
couvre aus­si la cour du voi­sin mais ses feuilles tombent dans la vôtre
vagues après vagues elles ondulent sur la pelouse
la cour nue s’ouvre au soleil que l’arbre
réqui­si­tionne en grande par­tie

Le pro­blème c’est les feuilles elles viennent chaque année sur l’arbre
et tombent dans la cour et tombent
elles changent du vert au rouge ou du vert au jaune
peut-être quelques-unes brunes comme un feuille­té dans le four

Une feuille a le goût de crème gla­cée
si vous man­gez du rai­sin avec

Les feuilles ont l’odeur des noms elles
déroulent la mémoire de l’automne
le pro­blème des feuilles
est l’objet direct de la désaf­fec­tion

Une fois vous avez don­né des feuilles à votre belle-sœur
pour son anni­ver­saire
votre frère a dit comme s’il n’y en avait pas assez dans la cour
mais elles étaient rouges et son anni­ver­saire tombe en automne

Pendant que vous tirez le râteau
vous rece­vez le paquet de ce que vous pour­riez appe­ler cour­rier
à récu­pé­rer

Ratisser fait arri­ver d’autres noms
pelou­ser par exemple
qui pour­rait être un nom ou un verbe poten­tiel
du genre des feuilles pelousent la sur­face de la cour

Et si votre place au para­dis dépen­dait des feuilles que vous ratis­sez ?

C’est la non fia­bi­li­té des mots
leurs sens pareils aux feuilles qui tombent               
selon des motifs décons­truits par le vent qui pousse
toutes les feuilles du voi­sin dans votre cour

Pendant la nuit vous enten­dez les griffes des feuilles cou­rir
dans la rue
elles s’accrochent à votre porte et tentent d’entrer

Les guerres ont com­men­cé avec des feuilles

Dans les rêves par­fois vous ratis­sez dans l’après-vie
les feuilles ne manquent pas de tom­ber
vous vous rêvez comme une série de ratis­sages

Une fois les voi­sins ont essayé toute une jour­née de char­ger une jeep
avec  plus qu’elle ne pou­vait conte­nir
ils arran­geaient et réar­ran­geaient
et rien ne pou­vait chan­ger l’espace libre dans la jeep
sauf la pen­sée que  la vie est une série
de bagages
pour laquelle le véhi­cule est plus petit que la charge qu’elle doit trans­por­ter

Les feuilles sont-elles uni­que­ment ratis­sées en Amérique ?

Vous pen­sez à l’Allemagne
d’où une par­tie de vos ancêtres sont venus depuis la fron­tière ouest
d’une forêt
des râteaux dans les bateaux ils ont tra­ver­sé l’océan 
parce qu’il y avait plus de feuilles en Amérique

Le pro­blème c’est les feuilles
les vagues empi­lées avec elles
conti­nuel­le­ment déver­sées sur le rivage

vous condui­sez votre voi­ture au tra­vers de feuilles qui courent dans la rue
de la façon dont les crabes déguer­pissent

Vous avez vos repères
dans les voi­tures que vous condui­sez à tra­vers les feuilles en Amérique
les petits amis des Impalas pesant deux tonnes
la remorque verte de la gare
et la brune que vous écar­tez de la voie du mariage
Un mot est plus que le son qu’il pro­duit
au pas­sage de l’air pous­sé par la bouche
il tombe comme des feuilles sur l’oreille

Le pro­blème c’est les feuilles vous ne pou­vez pas vous éloi­gnez d’elles
elles peuplent la cour comme des squat­ters que vous devez ratis­ser

Si la neige tombe des­sus elles res­te­ront tout l’hiver
et tue­ront l’herbe en des­sous
avez-vous bou­gé une plaque de feuilles ayant gelé
tout l’hiver
avez-vous vu le sol en des­sous de la plaque ?
Le pro­blème c’est les feuilles qui tombent et tombent chaque automne
elles dor­mi­raient dans votre lit si vous les lais­siez faire

Vous enten­dez l’océan pen­dant que vous ratis­sez
mais plus que l’eau  c’est le ratis­sage
de la pre­mière voi­ture que vous avez pos­sé­dé en propre
vous étiez mariée et  jeune mère
vos voi­sins un couple de mili­taires à la retraite
vous avait ven­du la voi­ture qu’ils avaient rame­né de Californie
une Ford verte de l’armée rouillée par l’air salé et par l’océan
bor­dant la base mili­taire où ils étaient sta­tion­nés
et votre mari l’avait ache­tée pour que vous puis­siez aller
faire les courses

Cette voi­ture est par­mi les feuilles que vous ratis­sez
les vertes feuilles deve­nant brunes

L’importance des feuilles quitte le désir
amer dans la cour
le son du ratis­sage à tra­vers elles
le fra­cas d’une ancienne bataille
les feuilles fuient le râteau et  se retirent

Et si la façon dont vous ratis­sez vos feuilles est celle dont vous trai­tez les nations ?

Sans savoir pour­quoi vous vous sou­ve­nez com­bien vous vous vou­liez conduire le camion aspi­ra­teur de feuilles qui vous fai­sait pas­ser par les vieux quar­tiers voi­sins
vous les appe­liez avec le ton du ven­deur de glaces
et les feuilles cou­raient
atten­tion disiez-vous et vous les regar­diez s’écraser
dans le para­dis des feuilles que vous saviez là

L’Illiade en fait parle de feuilles
la longue guerre entre les Grecs et Troie
Don Quichotte était une feuille
les mata­dors depuis l’Espagne
dirigent les feuilles dans les rues en jouant des cas­ta­gnettes.