Eva-Maria Berg, poème pour le Mémorial de Waldkirch

Nous vivons une période trouble de transition, ballotée par les flux et reflux d'une histoire où le futur tarde à éclore, et nous laisse envisager le plus radieux, comme le plus terrifiant.
Nous vivons dans une société froide et mondialisée où nationalismes frileux, intégrismes religieux ou économique, fanatisme et populisme, se nourrissent des peurs, des frustrations et rancoeurs, et semblent chaque jour étendre leur domaine, tandis que dans ce délitement des liens sociaux, des liens avec l'histoire et la culture, l'humanité semble chercher son âme perdue. 
Pour éviter le naufrage de notre civilisation, la perte des valeurs qui sont les nôtres - et celles de l'humanité dans son ensemble -  il  importe de ne pas oublier ce penchant négatif de l'histoire : rendre hommage à ceux qui disparurent /disparaissent à cause de la barbarie est un acte vital, un acte de survie. 
Eva-Maria Berg, poète et humaniste - mais peut-on être l'un sans l'autre? - contribue  à ce devoir mémoriel : son poème, gravé sur la stèle dressée par sa ville,  Waldkirch,  à travers  les nombreuses victimes du nazisme auxquelles elle rend hommage, nous rappelle que le ventre de la bête est toujours fécond, et notre devoir de résister.  La chaîne de traduction suscitée par ce texte témoigne de notre force d'hommes - et de femmes - de bonne volonté pour faire re-naître l'avenir. (M.B)

 

Texte écrit pour le Mémorial de Waldkirch

 

En quelques mois, de fin juin 1941 à fin janvier 1945, la population juive de Lituanie fut quasiment exterminée sous l´occupation allemande nazie; des milliers de juifs d'´Europe centrale, qu´on avait déportés vers ce pays, subirent leur sort.
Leurs bourreaux avaient été des membres de la Police allemande et des acolytes lituaniens.
D´après le rapport manuscrit du commandant de la Police de Sûreté (SIPO) et du Service de renseignement et de sécurité de la SS (SD) de Kovno, de février 1942, avaient été exécutés aux dites dates:
138.272 personnes, essentiellement juives, dont 55.556 femmes ainsi que 34.464 enfants.
Le responsable de ces crimes , SS-Standartenführer (colonel), avait été un citoyen de Waldkirch et, de sa profession, facteur d´orchestrions.
Par ce mémorial, les citoyennes et les citoyens de Waldkirch rendent hommage aux victimes de la barbarie nazie en Lituanie.

 

 

"Mahnmal Waldkirch" et quatre traductions

 

Mahnmal Waldkirch

von Eva-Maria Berg

 

 

Frage an uns

in Schmerz Scham Trauer

angesichts des Unfassbaren

hier erinnernd

jeden Einzelnen

der 138272 Menschen

Mord an Kindern Frauen Männern

zumeist jüdischer Herkunft Litauen

auf Befehl

eines Bürgers aus Waldkirch

und seiner Mittäter

Frage an uns

Wo stehen wir

wo stehst du

was tust du fortan

du an deinem Platz

wenn Menschen aufgrund von

Aussehen Glauben Denken

in Frage gestellt werden

was tust du um entgegenzuwirken

mit deiner Kraft

da du gefragt bist du

 

 

 


 

 

 

traduction en français :

 

La question nous est posée

dans la douleur la honte le deuil

devant l´inconcevable

ici en mémoire de

chacun d´entre eux en particulier

138272 êtres humains

meurtres d’enfants de femmes d’hommes

pour la plupart juifs assassinés en Lituanie

sur ordre

d´un citoyen de Waldkirch

et de ses complices

La question nous est posée

Où sommes-nous

où es-tu

que fais-tu désormais

toi à ta place

si des êtres humains en raison de

leur apparence leur croyance leur pensée

sont mis en question

que fais-tu pour t’y opposer

avec ta force

toi ici la question t´est posée

 

               (Traduction de l'auteure avec l´aide d´Alain Fabre-Catalan)

 

 

 

 

 

traduction en lithuanien :

 

Tai klausimas mums

iš skausmo gėdos gedulo

nesuvokiamybės akivaizdoje

čia prisimenant

kiekvieną iš 138272 žmonių

vaikų moterų vyrų iš Lietuvos

daugiausia žydu kilmės

nužudytų

Valdkircho miestelėno įsakymu

jo bendrininkų

Tai klausimas mums

Kur stovime

Kur stovi tu

ką nuo šiol darysi

savo aplinkoje

kai ties žmonėm

bus padėtas klaustukas

dėl išvaizdos tikėjimo mąstysenos

ką savo išgalėm darysi

kad pasipriešintum

tik tu gali atsakyti tu

 

(iš vokiečių kalbos vertė Laurynas Katkus)

 

 

 

           traduction en hébreu :

 

traduction en anglais :

 

Question posed to us

in pain shame mourning

in view of the incomprehensible

here reminding

each single person of

138,272 human beings

murder of children women men

mostly Jews

in Lithuania by command of

a citizen of Waldkirch

and his accomplices

Question posed to us

Where do we stand

where do you stand

what do you do from this moment on

you from your position

when human beings based on

appearance faith thoughts

are called into question

what do you do to resist

with your power

while you are questioned you

                     (Translation: Yehuda Hyman)