> LA PORTEUSE

LA PORTEUSE

By | 2018-01-22T01:33:07+00:00 21 septembre 2013|Categories: Blog|

 

Elle a emme­né les paroles en balade
Et les paroles ont mor­du les enfants
Et les enfants l’ont racon­té à leurs pères
Et les pères ont char­gé leurs pis­to­lets
Et fait feu sur les paroles
Et les paroles ont gémi, elles ont hur­lé
Et léché len­te­ment leurs bles­sures aveugles
Et puis sont tom­bées à la fin à plat ventre
Sur la terre tout en sang
Alors est venue la mort
Vêtue de ses plus beaux atours
Qui s’est arrê­tée dans la mai­son du poète
Pour l’appeler de ses cris déses­pé­rés
Et le poète a ouvert sa porte
Sans se dou­ter de ce dont il s’agissait
Et il vit la mort sus­pen­due à son ombre
Et san­glo­tante
“Accompagne-moi”, lui dit-elle
“parce qu’aujourd’hui nous sommes en deuil”
“Et qui est mort?” deman­da le poète
“ Eh bien, toi”, répon­dit la mort
Lui ten­dant les bras
pour lui pré­sen­ter ses condo­léances

 

Traduction, Estelle Martineau

 

 

LA PORTADORA

 

Ella sacó a pasear las pala­bras 
y las pala­bras mor­die­ron a los niños
y los niños le conta­ron a sus padres
y los padres car­ga­ron sus pis­to­las
y abrie­ron fue­go sobre las pala­bras
y las pala­bras gimie­ron, aul­la­ron
lamie­ron len­ta­mente sus cie­gas heri­das
has­ta que al fin caye­ron de bruces
sobre la tier­ra desan­gra­da
Y vino la muerte entonces
ves­ti­da con su mejor atuen­do
y detú­vose en la casa del poe­ta
para lla­mar­lo con gri­tos deses­pe­ra­dos
y abrió la puer­ta el poe­ta
sin sos­pe­char de qué se tra­ta­ba
y vio a la muerte col­ga­da de su som­bra
y sol­lo­zan­do
"Acompáñame", le dijo aquél­la
"porque hoy esta­mos de due­lo"
"Y quién ha muer­to", pre­guntó el poe­ta
"Pues tú", respon­dió la muerte
y le exten­dió los bra­zos
para darle el pésame