> LE CLOCHARD SONNE

LE CLOCHARD SONNE

By | 2018-01-18T09:16:18+00:00 23 décembre 2012|Categories: Blog|

 

Qui t’envisageait, pauvre homme qu’un lam­pa­daire
Grimait ? Quelle pau­pière céleste pal­pi­tait
Sous tes pieds joints, priait ? De quel désir amer,
De quel hier, sou­pi­rait ton souffle alcoo­li­sé ?

Ô clown lunaire, vieil arché­type banal
De la ville. Pour les gens, c’était car­na­val !
Tes paroles en l’air écla­taient sous leurs pas,
Toi, l’hâbleur dont les mots s’envolaient sur les toits.

Tu riais, face hideuse aux orbites emmu­rées,
Clochard, et je me lais­sais inter­pel­ler.
Ta voix, en moi, tin­ta. Dans l’œil de ton regard

Je revis un enfant sous les traits d’un vieillard.
Tout s’effaça, s’inversa ; il n’y eut plus d’âge :
Le pour­tour de tes pieds décal­quait mon visage.

 

 

.