Paroles de la nuit et du jour

 

 

 

la nuit parle

des mondes qui tombent
et s’entrechoquent

pourtant les verbes dorment
planètes autour desquelles gravitent les phrases

comment puis-je dire alors
que je n’ai rien à dire

de plus beau
que le silence d’un visage 

 

                                                                                                                       *

 

l’amour a le goût clandestin de la nuit
nébuleux et secret

tant de soleils craintifs
voltigent au loin comme des lucioles

les anneaux de Saturne tintent froids
aux poignets des amants

ils dorment
les mains dans des rivières d’étoiles

leurs doigts ne démêleront jamais les
eaux rebelles de leurs songes

 

*

 

la lune soudain
écarquillée
nous cloue dans sa lumière

ton corps se fige
sur le lit
brutalement étranger

honte
regret
ton cœur se glace

le mien je sais
ne bat plus dans ta poitrine

 

                                                                                                                    *

 

réveil au vitriol
ô ce brusque sursaut de nos sens
où l’amour se suicide

mire-toi
fixe encore mon regard cristallin
avant d’y lire l’absence

avant que la beauté
– brûlure acide –
ne me déchire les yeux

 

                                                                                                                   *

 

 

les mots vont
viennent
navettes de l’esprit

tissent
entre les choses
le voile de la connaissance

ce voile si fin que le poème déchire
lacère
d’images acérées

il n’en laisse plus que des lambeaux de sens
des idées décousues

offrant la nudité du monde
brutale

splendide au regard qui s’éveille
sans verbe
au pur langage de l’étreinte