> Prends ma main

Prends ma main

By | 2018-01-19T22:22:28+00:00 27 avril 2013|Categories: Blog|

 

Tiens ma main créa­ture aglyphe
Tu connais ni crocs ni griffes
Saisis la fer­me­ment, cette main
Ma sœur sans limite
Ma sœur au cœur pur
Ma sœur étin­ce­lante de bon­té
Ma sœur
Ruisselante de géné­ro­si­té
C’est la main fra­ter­nelle
Cette main
C’est la main lourde de confiance
Ma main
La main à la poigne inlas­sable
La main tuté­laire
Qui pié­tine
L’ire des tor­nades
Les rafales des raille­ries
L’amertume répan­due

Pour toi
Je serai la pluie
La pluie qui écrase le feu
Je serai l’imprenable cita­delle
Je serai la four­mi qui ter­rasse l’éléphant
Dans l’abîme de la peur
Où t’a enfer­mé l’autorité paren­tale
Je t’ouvrirai un angle du ciel
Et je te cueille­rai des étoiles
Je serai encore et encore
Prométhée
Pour que ta lueur
Ne s’éteigne point
Même dans l’épaisseur grasse
Des nuits amères
Ta lumière poin­dra
Authentique Luciole d’Afrique

Prends ma main Cenirébé
Je rui­ne­rai tes peurs
Impitoyablement
J’éventrerai tes manques de confiance
Résolument
Je déchi­re­rai le voile qui te cloue
Dans l’anonymat
Immanquablement
Je for­ce­rai ta croix au repos
Je cru­ci­fie­rai ta soli­tude
Sur cent bois de Golgotha

Tiens ma main ma sœur
Fermement
Energiquement
Agrippe-toi à cette main chaste
Arcboute-toi
Surtout ne regarde pas hier
Hier hon­teux de mille fai­blesses
Hier hon­ni
Par ton main­te­nant debout

Prends ma main ma soeur
Mon affec­tion inta­ris­sable
Désaltérera tes soifs d’amour
Ma voix de braise chauf­fe­ra
Tes soli­tudes affa­mées
Et sur mes épaules
Viendront repo­ser tes pleurs
Alors prends ma main Cenirébé
Cette main déter­mi­née
Cette main immense
C’est la main de Dieu
C’est la main d’amour
C’est la main infi­nie

Prends ma main

By | 2018-01-19T22:22:28+00:00 6 octobre 2012|Categories: Blog|

 

Prends ma main
Et ne la lâche plus mon amour
Je suis fati­gué de vaciller devant la vie
Un jour
Je dis­pa­raî­trai devant tes yeux
Mais où que je sois
Je gar­de­rai les yeux ouverts

A mi-voix
Je chan­te­rai
La chan­son des siècles
Que rien n'abolira