Le nouveau Journal des Poètes

par : Anonyme

 

Le Journal des Poètes, revue que nous aimons à défendre en nos pages, a fait sa mue, pour des raisons qu’il ne nous appartient pas d’évoquer ici. Le revoici, sans vraie rupture de fond, paraissant maintenant dans le cadre des éditions Le Taillis Pré emmenées par le poète Yves Namur. La direction du journal devenu formellement revue (une réussite) est toujours assumée par Jean-Luc Wauthier, poète dont nous apprécions aussi l’atelier, et qui collabore à nos pages, accompagné de nombreux poètes que les lecteurs habitués de Recours au Poème connaissent bien, pour la plupart du moins : Thierry-Pierre Clément, Jean-Marie Corbusier, Marc Dugardin, Philippe Mathy et Lucien Noullez.

Jean-Luc Wauthier donne un éditorial en ouverture du volume, par lequel il prend de la hauteur. On reconnaît aussi les poètes à cette capacité verticale : « Chaque revue de poésie est traversée de courants profonds et souterrains qui forment leur empreinte. Toutes, selon l’heureuse formule de Pierre Seghers, demeurent les laboratoires vivants de la poésie. » Comment, en nos pages, ne pas souscrire à cette fine façon de dire que… personne n’a à s’approprier quoi que ce soit de la mémoire vivante de la poésie – et en particulier l’empreinte de Pierre Seghers ?

Le Journal des Poètes est le contraire des petites sectes qui se développent parfois au sein du petit « milieu » de la poésie, et c’est pourquoi nous nous sentons en affinité forte. 

Le « coup de cœur » de la revue donne à lire sur Pierre Dhainaut, une bien belle manière de renaître, pour le moins ; le poète est présenté par Thierry-Pierre Clément, dans le cadre de la parution du livre De jour comme de nuit, au sein des jeunes éditions Le Bateau fantôme de notre ami Mathieu Hilfiger, membre fondateur de Recours au Poème. On découvrira les fortes orientations poétiques de cet éditeur ici. Il y aura sans doute des esprits chagrins pour trouver que ce nom de maison d’édition fait un peu « wagnérien » mais bon… les esprits étriqués vivent dans l’étroitesse de leurs ragots. Plus important, Thierry-Clément montre combien l’entretien entre Dhainaut et Hilfiger, entretien qui forme la sève de ce livre, permet de saisir l’âme poétique du poète. Il est beau de lire des poètes qui donnent à lire d’autres poètes, généreusement, loin du tombeau des egos.

La générosité, en actes et en paroles, cet autre mot pour dire fraternité, l’essence même de la poésie. A ceux qui s'interrogeraient sur le moteur et la raison d'être de Recours au Poème, tout est dit.

Vient ensuite un superbe (le mot n’est pas trop fort) dossier consacré par Linda Maria Baros à la poésie roumaine contemporaine. On découvrira (ou non) et on lira les vers pleins de chair, pour plagier outrageusement la présentation de Linda Maria Baros, de : George Vulturescu, Mircea Bârsila, Gabriel Chifu, Marta Petreu, Floarea Tutuianu et Lucian Vasilescu. Et l’on fera, pourquoi pas ?, au sujet de Marta Petreu un petit détour par .

La partie « à livre ouvert », espace consacré aux lectures de recueils et livres récents, toujours aussi ample, est maintenant centrale dans les pages du journal. Une innovation rare.

Un second dossier rend hommage à Arthur Haulot, un centenaire ce n’est pas rien.

Viennent ensuite les paroles en archipel et les voix nouvelles proposées par la rédaction de la revue. On lira avec bonheur des poèmes de Muir, Bocholier, Boudet, Dhainaut, Montbrison, Ifrim, Laâbi, Marcoaldi, Maire, Valduga, Moarabethi, Hamat et Bahri. Sans oublier la chronique de Philippe Leuckx.

Une bien belle œuvre que cette œuvre poétique qu’est la nouvelle formule du Journal des Poètes.

   

 

Le Journal des Poètes 1/2 2014.
Avenue Dierickx 18 – B. 1160 Bruxelles.
Editeur : le Taillis Pré. Rue de la Plaine, 23, B. 6200 Châtelineau.
Contacts : wauthierjeanluc@yahoo.fr
Abonnements Belgique et France: 30 euros
Pour les abonnements français, s’adresser à la revue par courriel :
thp.clement@gmail.com
Le lecteur français intéressé s’abonne aisément par virement.