> soleil levant

soleil levant

By | 2018-01-19T10:41:54+00:00 13 décembre 2014|Categories: Blog|

 

soleil levant I

 

                     de l’eau lui­sante jusqu’aux cuisses                        de la nuit jusqu’aux pupilles
que décou­pe­ra l’aruspice aujourd’hui                                                  qui n’est ni or ni noir
 que pro­fère la pythie aujourd’hui                                                                       – ni le noir ni l’espoir

  droite soli­tude que tu ouvres                                                           porte étrange irré­ver­sible
 ce qui coule entre nos cils                                                                                entre tes doigts entre les jours              jaillit de la ques­tion                                                                            qui nous brûle les lèvres

tu marches et cours nous rou­lons                                                        par­mi les fresques de varech
                         yeux paume et bai­ser                                              se divi­sant ouvrent l’aube bleue
               à mi-corps dans le soleil humide                                dans le ventre de la mer incen­diée

                     les nuages déferlent la lumière sur la terre bleu­tée sur la terre affo­lante

 

 

 

soleil levant II

 

 

la nuit noire la brèche chaude des phares
nous rou­lons vers une voile qui bat là-bas
la musique on dirait mur­mure comme des paroles comme de loin
nous embras­sons la terre et le temps jus­tesse jus­tice
cueille et recueil se touchent
je buvais vos paroles je plon­geais dans vos yeux le vide se fai­sant autour de la bouche et des yeux nous fûmes des contre-sque­lettes abso­lus ne tenant que par l’extinguible alors des lèvres aux che­villes nous nous sommes décou­verts et léchés de feu
nous pas­se­rons la nuit
la salve de nos ver­tèbres éclate là-bas
le jour boit au noir de la nuit qui l’allume
nous tou­chons au jour
dans l’éboulis ébloui de la nuit l’aube éclôt au creux de nos doigts divi­sés
et notre pau­pière bat comme ce nuage brû­lant
ajou­rées