> Stenopeica

Stenopeica

By | 2018-01-22T01:27:43+00:00 29 novembre 2014|Categories: Blog|

 

Pensant aux sté­no­pés de la pho­to­graphe mexi­caine Anabel Serna Montoya

 

Pluie de flics ita­liens
Lui deman­dant
Face à Saint-Pierre
S’il s’agit
D’arme ter­ro­riste

« Non pas d’une arme »
Répond-elle dans un espa­gnol taquin
Ne sachant trop qu’enseigner à ces pitres
Car son ter­ro­risme est ailleurs

Est plié dans la peau de bois
De cette âme archaïque

Sans puce ou chromes
Ou prouesse intré­pide
De l’écran tac­tile

Mais elle a mis ceci dit un nœud rose
A sa boîte arti­sane

Et long­temps s’est pei­gnée ce soir
A rehaus­sé ses yeux coquins

Il faut dire qu’elle a ren­dez-vous
Au bord du Tibre
Avec l’attente

Les Romains songent et voient ce corps
Si lon­gue­ment pen­ché

Une heure ou deux durant
Ou plus ou huit
Interprétant

Le sens à don­ner à cette âme
Ainsi recour­bée sur du bois

Et s’offrant
Au fleuve
En retrait

De la glis­sade

Du pouls du trop de tout
Courant

De la fan­fare zélée des tours
Des jours
Et des écrans

« Stenopeica »
Murmure-t-elle
Allégée cal­me­ment
De ce fatras

Le fleuve est seul
Et vieux

Il en a vu cou­ler bien d’autres déca­dences

Et sait
Dans la nuit
Honorer
Cette magie
De son com­bat

Plus doux
Plus beau
Plus lent
Se fait

S’épice d’étincelles

En écho à
Sa peur des lièvres

En réti­cence soli­daire au
Flash hur­lant

Vœu com­mun de lut­ter pour rire encore
Et cla­mer que le rêve est sauf

Intact et dort au fond
De la cáma­ra oscu­ra
Comme d’une cara­pace sacrée
Où l’on peut mépri­ser leur course encore
Et lau­riers cons

Railler le vain­queur et l’issue
Et feu de tout bois
Feu
Contre l’assaut de leurs par­loirs
Haut-débit
Débordants

Longuement
Vaguement
Le sté­no­pé
Imprime

Sur la peau de ce fleuve-nuit
Et la pel­li­cule en retard

Les longs sour­cils de cette mort
En jupe
Enfin

Cette mort assa­gie

Que l’œil aurait pris le temps

Seulement
Le temps

De réap­prendre à regar­der
Là-bas
Sans crainte

Nu
Silencieux

Bord de ce
Lent Tibre de sté­no­pé

A mesure
S’immobilisant

Rome, le 22 décembre 2012