> SUL TRAM

SUL TRAM

By | 2018-01-19T10:43:51+00:00 3 octobre 2012|Categories: Blog|

 

Non sere­na la cur­va orien­tale degli occhi, non ilare il vol­to
del­la don­na ragaz­za che ondeg­gia sulle punte bal­le­rine
al fines­tri­no di un tram, incli­na all’indietro la tes­ta
come volesse appog­giar­si a qual­cu­no, cer­care un tepore
o un sos­te­gno, e per caso sei lì, ne rice­vi stu­pi­to
i capel­li, la sos­ta leg­ge­ra del capo
appe­na posa­to come durante un volo
di pas­se­ro su un ramo là dove semi­ca­du­to
un nido, un vec­chio nido spen­zo­lasse
già qua­si tra­vol­to, dimen­ti­co di sé, irri­co­nos­ci­bile.
“Rien que l’espace d’un ins­tant”, sor­ride, e sfi­la­no
tundre, deser­ti quar­tie­ri, fred­di di cit­tà,
soli­tu­di­ni che in un pun­to si sfio­ra­no bre­vi
– un sus­sul­to un istante una spal­la, ques­tione di un atti­mo –
e dopo le scuse di rito un sor­ri­so
poi il nul­la.

 

 

DANS LE TRAM

 

Pas sereine la courbe orien­tale des yeux pas hilare le visage
de la femme fille qui ondoie sur les pointes bal­le­rine
à la fenêtre d’un tram, qui penche la tête en arrière
comme si elle vou­lait s’appuyer sur quelqu’un, cher­cher une tié­deur  
ou un appui, et par hasard tu es là, tu reçois éba­hi
ses che­veux, la pause légère de la tête     
à peine posée comme dans un vol
de moi­neaux sur une branche, où à demi tom­bé
un nid, un vieux nid serait sus­pen­du
déjà presque empor­té, oublié de lui-même, mécon­nais­sable.
“Rien que l’espace d’un ins­tant”, elle sou­rit, et des quar­tiers
déserts, des toun­dras défilent, froids de la ville,
soli­tudes qui en un point s’effleurent briè­ve­ment
– un tres­saille­ment un ins­tant une épaule, ques­tion d’une seconde –
puis les excuses rituelles un sou­rire     
et plus rien.

 

Traduit de l’italien par Mathilde Vischer