> WEEK-END

WEEK-END

By | 2018-01-21T17:14:57+00:00 1 septembre 2013|Categories: Blog|

…Fais-moi entrer, j’entrerai seule­ment
                      pour faire demi-tour…

Vladimir Holan  

 

 

"Week-end" est une sec­tion du recueil "Case per­dute" ("Maisons per­dues") qui parai­tra pro­chai­ne­ment, en 2014, aux édi­tions de la Feugraie. Deux autres sec­tions du même recueil ont été publiées par la revue "Fario" en 2011.

 

 

( l’appel des envi­rons était du bruit
et la voix venant du mur un son pur…)

 

 

    I

– attends-moi – dans le parc ense­ve­li
des buis­sons d’orties des ravins dis­si­mu­lés
de clairs calices de rouges baies enva­his­santes
entravent même les pas les plus vifs

– si j’avais une machette – sou­pires-tu
tan­dis que l’eau coule sur les bles­sures
et que les baumes huilent les membres
cares­sés par des nœuds de méduses

d’ici-en bas le soleil ne sait rien
il colore et déco­lore à volon­té

 

 

II

les feuilles de toutes les années
tombent même en res­tant immo­biles

mol­lis­sant sous les pas elles en suivent
les traces et les confondent en s’accumulant

le pas­sage est une zone sous douane
mais per­sonne ne prend jamais la même route

 

 

III

on perd chaque fois la ville élé­men­taire
et des fumées s’élèvent de l’anneau où tournent
le prin­cipe et la fin de tout regard

le pavillon entre les crêtes brunes
aux ban­de­roles à pointe girouette
a une cou­leur plus aus­tère que dans le rêve

et d’enfants joyeux il n’y en a plus…
rien n’émerge de l’épaisseur du bois sinon
à l’improviste quelque oiseau invi­sible

 

 

IV

s’il y eut jamais âme qui vive
j’use d’une figure lexi­cale
si jamais ce lieu fut
vrai­ment habi­té…

aux yeux ques­tion­neurs paraît seule­ment
une voix fer­mée qui ne révèle rien

sur les branches en fré­mis­sant je lance la corde
remonte-moi – s’il te plaît – avant la neige

 

 

V

une neige en tout sem­blable à la neige
change seule­ment l’immobilité du dehors

le silence est cré­meux la ligne en suit
les ondu­la­tions jusqu’à l’intérieur de la neige

il n’est aucune fis­sure que n’apaise
le regard blanc de la neige

 

 

VI

avec pru­dence on découvre l’aimée
on écarte sa robe de papier argen­té
on en fait le tour on tourne et retourne
pre­nant son temps le vent prend au col­let
vire­vol­tant il se hèle et rap­pelle

mais par quelle secrète voie
on arrive au cœur d’une chose…

 

 

 

VII

à l’écoute sur le toit dans un autre vide
court le marque-page des peines

la chair se défait en musique
l’ombre qui en sort se balance

glisse sur les bosses avec légè­re­té
les pas dans la neige n’enfoncent point

 

 

VIII

quand alour­di il refait en pen­sée
le tra­jet il s’apprête
au sur­vol à l’envers des cre­vasses du jour

(pluie ou soleil n’auraient pas chan­gé
l’inclinaison du corps la dis­pa­ri­tion
et la reprise bagar­reuse des symp­tômes…

à trente degrés le jave­lot s’envole
atteint son but à la per­fec­tion et le long du fil
regarde la pointe vaine péné­trer où…)

 

 

IX

dans cet hôtel où tout filtre
dans cet esprit instable – comme tu vois –
il n’y a rien qui puisse lui res­sem­bler

mais dans sa coquille la langue ne se rend pas
et dose en son palais le sel et le levain
et recoud les bles­sures d’immenses plaies…

ain­si se pour­suit l’harmonie qui ne s’invente pas
la plé­ni­tude d’être dans le vivre cri­mi­nel
temps ambi­gu conque de sable bri­sée

 

 

Traduction revue et cor­ri­gée par André Ughetto – une pre­mière tra­duc­tion de cet ensemble étant parue en 1992 (SUD,"Les poètes de la méta­mor­phose", 1992) sous la double signa­ture d'André Ughetto et Jacqueline Raybaud.

 

 

week-end
(1982-1983)

 

… Fammi entrare, io entrerò sola­mente
per indie­treg­giare…

V. Holan

 

 

(il richia­mo dei din­tor­ni era rumore
e la voce dal muro un suo­no puro…)

 

 

I

– aspet­ta­mi – nel par­co sepol­to
mac­chie d’ortica bor­ri nas­cos­ti
chia­ri cali­ci rosse bacche intri­gan­ti
impi­glia­no anche i pas­si più deci­si

– aves­si un machete… – sos­pi­ri
mentre l’acqua scorre sugli strap­pi
e gli unguen­ti luci­da­no le mem­bra
carez­zate da ingor­ghi di meduse

di quag­giù il sole non sa nul­la
e colo­ra e sco­lo­ra a pia­ci­men­to

 

 

 

II

le foglie di tut­ti gli anni
cado­no anche a star ferme

ai pas­si inte­ne­ris­co­no e le tracce
ne rin­cor­ro­no e lie­vi­tan­do le confon­do­no

il pas­sag­gio è una zona tra dogane
ma nes­su­no fa mai la stes­sa stra­da

 

 

 

III

si perde ogni vol­ta la cit­tà ele­men­tare
e fumi spri­gio­na l’anello dove gira­no
il prin­ci­pio e la fine di ogni sguar­do

il padi­glione tra le creste brune
con ban­die­rine a pun­ta segna­ven­to
ha un colore più seve­ro del sogno

e i gai fan­ciul­li non ci sono più…
nul­la emerge dal fol­to se non qualche
uccel­lo improv­vi­so e invi­si­bile

 

 

 

IV

se mai c’è sta­ta ani­ma viva
uso figu­ra les­si­co
se mai ques­to luo­go è sta­to
abi­ta­to dav­ve­ro…

agli occhi inter­ro­gan­ti solo pare
una chiu­sa voce che non si rive­la

sui rami fre­men­do lan­cio la cor­da
tira­mi su – ti pre­go – pri­ma del­la neve 

 

 

 

V

una neve in tut­to simile alla neve
cam­bia solo l’immobilità dell’esterno

il silen­zio è cre­mo­so e la linea ne segue
gli ondu­la­men­ti fin den­tro la neve

non c’è fes­su­ra che non sia appa­ga­ta
dal­lo sguar­do bian­co del­la neve

 

 

 

VI

con cau­te­la si scopre l’amata
si scos­ta la veste di car­ta argen­ta­ta
intor­no intor­no si gira si rigi­ra
indu­gian­do il ven­to prende al lac­cio
vol­teg­gian­do si chia­ma si richia­ma

ma da che parte da quale segre­ta
s’arriva al cuore di una cosa…

 

 

 

VII

in ascol­to sul tet­to in altro vuo­to
fluisce il segna­li­bro delle pene

si scor­po­ra la carne musi­can­do
l’ombra che ne esce fa alta­le­na

sci­vo­la sulle gobbe lie­ve­mente
i pas­si sul­la neve non affon­da­no

 

 

 

VIII

quan­do greve ritor­na nel pen­sie­ro
a ripe­tere il tra­git­to egli s’induce
al volo a ritro­so sulle crepe del gior­no

(piog­gia o sole non avreb­be­ro muta­to
l’inclinazione del cor­po la scom­par­sa
e la ripre­sa ris­so­sa dei sin­to­mi…

a tren­ta gra­di il gia­vel­lot­to stac­ca
per­fet­ta­mente impat­ta e lun­go il filo
guar­da la pun­ta vana spin­ger­si dove…)

 

 

 

IX

in ques­to alber­go dove tut­to fil­tra
in ques­ta labile mente – come vedi –
non c’è niente che gli pos­sa somi­gliare

ma nel suo gus­cio la lin­gua non s’arrende
e dosa nel sali­va­rio lie­vi­to e sale
e le ferite ricuce immense pla­ghe…

così insegue l’armonia che non s’inventa
il pie­no essere den­tro il vivere dolo­so
ambi­guo tem­po rot­ta conchi­glia di sab­bia