> Amelia Rosselli

Amelia Rosselli

Par | 2018-02-20T18:30:41+00:00 2 novembre 2012|Catégories : Blog|

Amelia Rosselli (Paris, 28 Mars 1930 – Rome , 11 Février 1996), poète ita­lien qui a fait par­tie de la "géné­ra­tion des années trente", avec quelques-uns des noms les plus connus dans la lit­té­ra­ture ita­lienne.

Née à Paris, fille  de Carlo Rosseli ayant fui le fas­cisme, théo­ri­cien du socia­lisme libé­ral, et Marion Cave, mili­tante du Parti du Travail de la foi qua­ker. 1940,assassinat de son père et de son oncle aux mains des milices fas­cistes en France (1937).

Les Rosselli s'installent d'abord en Suisse , puis aux Etats-Unis . Amelia Rosseli ter­mine ses études à l'étranger.

Dans les années 40 et 50, elle se voue à la théo­rie musi­cale, eth­no­mu­si­co­lo­gie et de la com­po­si­tion, la trans­po­si­tion de ses recherches dans une grande série d'essais. En 1948 elle com­mence à tra­vailler comme tra­duc­teur de l'anglais vers plu­sieurs mai­sons d'édition de Florence et de Rome et de la Rai. Elle conti­nue à se consa­crer aux études lit­té­raires ain­si qu'à la phi­lo­so­phie. En 1950 , elle ren­contre l'écrivain Scotellaro , qui lui pré­sente ensuite Carlo Levi. Puis les artistes qui ont par la suite don­né nais­sance à "l'avant-garde du groupe 63" .

Dans les années soixante, elle rejoint le PCI et com­mence à publier ses écrits prin­ci­pa­le­ment dans les maga­zines, atti­rant l'attention de Zanzotto , Raboni et Pasolini .

En 1963 , elle publie dans "Les Fausses" vingt à quatre poèmes. L'année sui­vante, parait son recueil de poèmes, "la guerre Variations", publié par Garzanti , et en 1967 la col­lec­tion "Série hôpi­tal." En 1981 parait "Impromptu", un long poème divi­sé en treize sections.Plusieurs de ses his­toires en prose ont été publiés en 1968 sous le titre "Journal terne".

Deux longues mala­dies et la mort de sa mère la plongent dans une dépres­sion ner­veuse. Elle n'a jamais accep­té ni le diag­nos­tic de schi­zo­phré­nie para­noïde qui a été don­né par un cer­tain nombre de cli­niques en Suisse et en Angleterre, ni celui de la mala­die de Parkinson.

Figure de l'écrivain mul­ti­lin­guiste, elle tente de com­bi­ner l'utilisation de la langue et l'universalité de la musique. Elle a vécu les der­nières années de sa vie à Rome, à son domi­cile dans la Via del Corallo, où elle se sui­cide le 11 Février 1996 pour des rai­sons liées à la dépres­sion sévère

Sommaires