> AT THE END OF THE GARDEN /​ AU FOND DU JARDIN

AT THE END OF THE GARDEN /​ AU FOND DU JARDIN

Par |2018-08-14T10:30:40+00:00 23 octobre 2013|Catégories : Blog|

 

There’s light under the limes,
Marvellian gloom –
com­post of people not going there
visi­ted per­haps by dogs
whose shit we’re told
to dig in where they ‘doze the ferns.

Leafdrift there dee­pens and sinks
and backs up.
The bird a cat hurt
and final­ly hau­led off
dries to a tat­ter, light
as spider’s loot.

Where the back meets the side fence
throw in neglect.
The sprink­ler drilling the leaves
falls short – pos­sums nick across, unham­pe­red
by house-hap­pe­nings.

Corraled in no album
this is place
invul­ne­rable –
awake, uneyed. No labels
sort out where and with whom
you came to the end of the gar­den.

 

 

De la lumière sous les tilleuls,
Ombre verte et secrète  –
com­post de gens qui n'y viennent pas
visi­té peut-être par des chiens
dans la crotte des­quels il faut
bêcher là où ils cham­bardent les fou­gères.

L'amas des feuilles s'y épais­sit et s'affaisse
et recule.
L'oiseau qu'un chat a bles­sé
et fina­le­ment traî­né là
devient gue­nille sèche, léger
comme proie d'araignée.

Le coin où se rejoignent les clô­tures
ajoute à l’abandon
Le tour­ni­quet forant les feuilles
manque son but  –

les opos­sums coupent à tra­vers,
indif­fé­rents
aux  évé­ne­ments domes­tiques.

Enclos en nul album
espace
invul­né­rable –
éveillé, inob­ser­vé. Nulle éti­quette
n'indique où ni avec qui
vous êtes venu au fond du jar­din.

Traduction : Marilyne Bertoncini
 

X