mm

À propos de Alain Nouvel

1998, premier recueil de poèmes : Trois noms hermaphrodites, puis deux nouvelles : Octave Lamiel, dépuceleur suivi de Edouard et Alfred au val de l’eau. En 1999, suivent Histoires d’ISLES, Contre-Voix, Mots animés recueil d’aphorismes, et, en 2000, Maux animaux, recueil de six nouvelles, aux éditions « L’Instant perpétuel ». En 2001, publication aux éditions « La Chimère » créées pour l’occasion de D’Etrangère, puis Dames des trois douleurs en 2004, Variations sur une femme donnée, et reprise en 2005, Contre-voies en 2008 et Nouvelles d’Eurasie en 2009. En 2014, il compose avec sa compagne des chansons qu’ils interprètent tous deux. Maud Leroy des « Éditions des Lisières », publie Au nom du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest, un recueil de sept nouvelles sur les Baronnies provençales où il vit désormais. Une suite à ces sept nouvelles voit ensuite le jour avec pour titre Anton. Sur les bords de l’Empire du milieu (texte sur la Chine où A. Nouvel a vécu quatre ans, de 1981 à 1985, longtemps resté inédit mais dont certains extraits étaient parus dans la revue « Corps écrit », numéro 25, de mars 1988 : Vues de Chine), paraît pour la fête du Printemps 2021. Les deux ouvrages aux éditions « La Chimère ». Il collabore régulièrement, désormais, à la revue « Recours au poème ». En 2020, les éditions « La Centaurée » à Rennes, ont publié un premier recueil : Pas de rampe à la nuit ? suivi, en 2021 de Comme un chant d’oubliée.

Ses publications dans la revue

Grégoire Laurent-Huyghues-Beaufond , Chambre avec vues précédé de Arguments pour un graveur (mythographies)

Par |2020-11-26T06:44:03+01:00 26 novembre 2020|Catégories : Critiques, Grégoire Laurent-Huyghues-Beaufond|

Aller en haut