> Joelle Gardes (┼)
mm

À propos de Joelle Gardes (┼)

Joëlle Gardes est née en 1945 à Marseille, ville près de laquelle elle a vécu. Universitaire, elle a enseigné la grammaire et la poétique à l’université de Provence, puis à à Paris IV-Sorbonne. Elle fut professeur émérite de cette université. De 1990 à 2010, elle a dirigé la Fondation Saint-John Perse et a édité chez Gallimard les correspondances du poète avec Jean Paulhan et Roger Caillois. Sous le nom de Joëlle Gardes Tamine, elle a publié de nombreux articles et plusieurs ouvrages sur le langage, plus particulièrement dans les domaines de la rhétorique et de la poétique.

Tard venue à l’écriture, elle a commencé par les monologues de théâtre (Madeleine B., éditions de l’Amandier), puis a publié plusieurs romans (dernier paru, Le poupon, éd. de l’Amandier). Elle s’est tournée vers la poésie (nombreux poèmes en revue, deux recueils publiés aux éditions de l’Amandier, Dans le silence des mots, 2008 et L’eau tremblante des saisons, 2012). Elle a collaboré régulièrement avec des plasticiens et des photographes. Elle fut membre du comité de rédaction de la revue Place de la Sorbonne et de Recours au poème.

Joëlle Gardes est décédée en septembre 2017.

www.joelle-gardes.com

  • A perte de voix, poèmes, aux éditions de L’Amandier, 2014
  • Sous le lichen du temps, prose, aux éditions de L’Amandier, 2014
  • Louise Colet. Du sang, de la bile, de l’encre et du malheur, roman, éditions de l’Amandier.

Voir sa fiche d’auteur

Ses publications dans la revue

Fil de Lecture de Joëlle Gardes : Esther Tellermann, Emeric de Monteynard, François Perche, Jean-Charles Vegliante

Par | 2018-02-28T12:27:03+00:00 5 janvier 2016|Catégories : Critiques, Jean-Charles Vegliante|

X