aus dem lee­ren raum
noch atem schöp­fen
ohne ihn all jenen
zu rau­ben die bereits
an schläu­chen hän­gen
der letz­ten nabel­sch­nur
des men­schen

 

∗∗∗∗∗∗

 

par l’espace vide
encore prendre son souffle
sans en pri­ver
tous ceux qui sont déjà
bran­chés à des tuyaux
le der­nier cor­don ombi­li­cal
de l´être human

 

Photo : Exposition de Ron Mueck, Fondation Cartier pour l’art contem­po­rain, Paris en 2013, où j´ai choi­si cette carte pos­tale “Mask II”, 2002 (Photo cour­te­sy Anthony d’Offay, Londres).