Proposé, tra­duit et mis en images par Marilyne Bertoncini

  

 

Demeure un  tra­cé qui n’est pas effa­cé
rame­nant à ces por­tails de calades
ron­gés d’écume,  aux barques
en cercle, au contact  élec­trique.

Nous nous sommes aimés avant l’heure
pour rendre aux choses un nom,
la gorge à  la soif, une expres­sion
d’absolu au geste de la main
qui désor­mais s’incurve et ras­sure
dans le germe d’une clar­té pri­mor­diale.
                                 

 

 

 

C’è un trac­cia­to che non diroc­ca
e riman­da a ques­ti por­ti­ci di cala­ta
sman­gia­ti dal­la spu­ma, alle lam­pare
in ron­da, al toc­co scar­di­nante

Ci sia­mo ama­ti anzi­tem­po
per ridare un nome alle cose,
la gola alla sete, un’espressione
d’assoluto al ges­to del­la mano
che ora s’incurva e ras­si­cu­ra
nel seme di un chia­rore pri­mi­ti­vo.