Trois notes 

Flamenco en conti­nu : http://​www​.canal​sur​.es/​r​a​d​i​o​/​f​l​a​m​e​n​c​o​r​a​d​i​o​-​1​3​1​3​.​h​tml

Pour le son, cli­quez sur en direc­to puis sur la case fla­men­co radio.

 

L’ouvrage était ori­gi­na­le­ment pré­vu pour une publi­ca­tion papier sous le titre : Un Américain à Séville et Alcalá de Guadaíra ou encore La route de David George au pays dufla­men­co puro.

Vers le début des années soixante et pen­dant une ving­taine d’années, un groupe d’aficionados Américains han­ta l’Andalousie sévil­lane et en par­ti­cu­lier, autour de Donn Pohren (The Art of Flamenco, Madrid, 1962), le milieu très res­treint  des chan­teurs, dan­seurs et gui­ta­ristes gitans d’Alcalá de Guadaira et de Morón de la Frontera. Cette aven­ture est retra­cée dans l’ouvrage bilingue anglais/​espagnol de l’un d’eux, Steve Kahn, tout récem­ment décé­dé, gui­ta­riste recon­nu et pho­to­graphe de talent : The Flamenco Project, Una ven­ta­na a la visión extra­n­je­ra, 1960-1985. Séville, Cajasol, 2010. Sous ce titre a cir­cu­lé aus­si une très belle expo­si­tion pho­to­gra­phique (Nîmes 2014), main­te­nant dépo­sée à Morón.

 

The Flamenco Projecten tant que livre pré­sente notam­ment une sélec­tion de 14 son­nets dédiés au can­taor Manolito el de María. Ils sont signés David George, tout comme la pho­to­gra­phie (entre autres) du jeune bai­laoren pre­mière de cou­ver­ture. Vous en trou­vez la suite aujourd’hui.

 

Sur le che­min du cor­tège 3

illus­tra­tion E

David George, poète et pho­to­graphe était du nombre. Alors employé par le gou­ver­ne­ment amé­ri­cain, sous cou­ver­ture, il tom­ba dans la mar­mite, publia un livre : The Flamenco Guitar, Madrid, The Society of Spanish Studies, 1969, et dis­pa­rut qua­si­ment de la cir­cu­la­tion. Mais sans jamais ces­ser d’écrire. Il est décé­dé en Californie en 2003, lais­sant der­rière lui un immense cor­pus poé­tique dont j’ai eu com­mu­ni­ca­tion et que je suis auto­ri­sé à citer et tra­duire. Il reste aus­si des enre­gis­tre­ments sur bande et des mil­liers de cli­chés. Inexploités pour la plu­part. J’ai décou­vert son exis­tence en 2009 et coopé­ré à la rédac­tion du livre de Steve Kahn avant d’aller sur les lieux en 2011, voir ce qu’il en res­tait.

 

David George (Vogenitz) s’est aus­si dis­tin­gué par la com­po­si­tion de son­nets ecphrac­tiques et on lui doit d’excellents textes sur, notam­ment, Chagall et Edward Hopper : Frisson Esthétique#8, 12, 14 (2009-2013), Peut-être#3 (2012), Temporel# 12 (2011), Europe, # 966 (2009) et 1005-6 (2013). Nous vous en avons pré­sen­té cinq (Dalí) en apé­ri­tif.

Notice espagnole sur Manolito

http://www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=15&ved=0CDUQFjAEOAo&url=http%3A%2F%2Fpedelgom.blogspot.com%2F2008%2F08%2Fmanolito-de-mara-rosario-lpez.html&ei=YAEMTojvGM3Ysgbxw_nrDg&usg=AFQjCNGuJewBxtZ0WP_GD6Z8gWsHTKL2WA

  1. E) Manolito et sa famille dans la grotte. © (George Krause) via Internet

http://lh3.ggpht.com/_nSLGiPf5gKw/TVr4UNqUbZI/AAAAAAAAAXU/Sldq7EfuXT0/Manolito%20de%20Mar%C3%ADa-%20Cueva%20001_thumb%5B3%5D.jpg?imgmax=800

 

Jean Migrenne

Régulièrement publié dans Siècle 21EuropeLe Frisson Esthétique,Peut-être et (en ligne) TemporelRecours au poème, Jean Migrenne a récem­ment fait édi­ter l’essentiel de l’œuvre poé­tique de Richard Wilbur ; la tra­duc­tion fran­çaise com­men­tée de la Démonologie de Jacques Stuart, Roi d’Écosse et d’Angleterre, accom­pa­gnée des Nouvelles d’Écosse rela­tant une affaire de sor­cel­le­rie (1590) qui ins­pi­ra Shakespeare ; la pre­mière tra­duc­tion fran­çaise de The Discovery of Witchcraft, de Reginald Scot, 1584, édi­tion cri­tique en col­la­bo­ra­tion avec Pierre Kapitaniak. Il pré­pare actuel­le­ment, tou­jours en col­la­bo­ra­tion et dans la lignée des pré­cé­dents, la tra­duc­tion et l’édition cri­tique de la tri­lo­gie infer­nale de Daniel Defoe (Diable/​Magie/​Revenants) ain­si que la tra­duc­tion de la bio­gra­phie de Sir Walter Ralegh par William Oldys (1736). Ouvrages inédits en fran­çais.