Accueil> Miguel Ángel Real, Comme un dé rond, extrait

Miguel Ángel Real, Comme un dé rond, extrait

Par |2020-01-06T04:55:46+01:00 5 janvier 2020|Catégories : Miguel Angel Real, Poèmes|

Traduit par l’auteur et par Florence Real

Como dados redon­dos

I

Hacia poniente

la luz del atar­de­cer enmas­ca­ra la cos­ta.

Mis ojos sufren como dados redon­dos,

des­pro­vis­tos de aris­tas y de azar.

Las lágri­mas alcan­zan la are­na

ane­gan­do el pozo de los deseos

mien­tras las dos últi­mas olas

-man­tas de pol­vo-

ahon­dan mi sed y escu­pen algas.

 

 

Comme un dé rond

 I

 Vers le ponant

la lumière du soir masque la côte.

Mes yeux souffrent comme un dé rond

dépour­vu d’arêtes et de hasard.

Les larmes atteignent le sable

et inondent le puits des sou­haits

pen­dant que les deux der­nières vagues

-cou­ver­tures de pous­sière-

ren­forcent ma soif et crachent des algues.

 

II

Las islas minús­cu­las vacían sus mareas

sobre la tor­men­ta que se ave­ci­na

en el deve­nir del otoño

y su lle­ga­da anun­cia­da

me apa­ci­gua.

Nubarrones al este, cara­coles

fecun­dos, amar­gos y tran­qui­los

ali­viarán sin reme­dio

la car­ga de mis hom­bros.

 

II

Les îles minus­cules vident leurs marées

sur l’orage qui approche

dans le deve­nir de l’automne

et son arri­vée annon­cée

m’apaise.

De gros nuages à l’est, des escar­gots

féconds, amers et calmes

sou­la­ge­ront fata­le­ment

la charge sur mes épaules.

 

 

III

Cuánto tiem­po ha pasa­do

para pul­ve­ri­zar

                                   los acan­ti­la­dos

                                                         cada roca

                                                                           cada gra­no de are­na

y her­ma­nar

el meol­lo del vien­to

con la pacien­cia de yunque de mi pelo.

 

                                                                                                                                                        III

                                                                                                            Combien de temps a pas­sé

                                                                                                                                pour pul­vé­ri­ser

                                                                                       les falaises                                                    

                                                                       chaque rocher                                               

                              chaque grain de sable                                                          

                                                                                                                                        et jume­ler

                                                                                                                           la moelle du vent

                                                                           avec la patience d’enclume de mes che­veux.

            

 

 

 

IV

Hay conclu­sión y ali­vio en la ruti­na,

esa pequeña ruta por la que la noche

embal­sa­ma mi voz,

la mano en la cara,

                      el codo en la are­na,

                                                                     los zapa­tos

                     reple­tos de agu­jas de pino.

Espero aún más

y el mar es hele­chos,

la fer­ti­li­dad mis­ma hacién­dome guiños,

la cer­te­za.

 

 

                                                                                               IV

Il y a une conclu­sion, un sou­la­ge­ment dans la rou­tine,

                                                 cette petite route où la nuit

                                                               embaume ma voix,

                                                           la main sur le visage,

                        le coude sur le sable

les chaus­sures

                                               rem­plies d’aiguilles de pin.

                                                         J’attends encore plus

                                                       et la mer est fou­gères,

                la fer­ti­li­té même qui me fait des clins d’oeil,

                                                                          la cer­ti­tude.

 

 

 

V

El agua no está fría.

Avanzo y no hay meta :

sólo consue­lo.

El tiem­po se vene­ra a sí mis­mo

en las huel­las que deja bajo los pár­pa­dos

mien­tras las olas vie­nen

con per­fec­ta medi­da

a lle­nar mi gar­gan­ta con su peso

de almen­dras podri­das y sus labios

me desean feliz sueño

para encon­trar el pla­no

de los fon­dos mari­nos.

 

 

 V

L’eau n’est pas froide.

J’avance et il n’y a pas de but :

le récon­fort seule­ment.

Le temps se vénère lui même

dans les traces qu’il laisse sous les pau­pières

tan­dis que les vagues viennent

dans une par­faite mesure

rem­plir ma gorge de leur poids

d’amandes pour­ries et que leurs lèvres

me sou­haitent de beaux rêves

pour retrou­ver la carte

des fonds marins.

 

Présentation de l’auteur

Miguel Angel Real

Né en 1965, il pour­suit des études de fran­çais à l’Université de Valladolid (Espagne), sa ville natale. Il tra­vaille en 1992 à l’Agence France Presse à Paris. Agrégé d’espagnol, il enseigne au Lycée de Cornouaille à Quimper. 
En tant qu’auteur, ses poèmes ont été publiés dans les revues La Galla Ciencia, Fábula et Saigón (décembre 2018) (Espagne),  Letralia (Venezuela),  Marabunta, El Humo et La Piraña (Mexique), ain­si que dans l’anthologie de poé­sie brève “Gotas y hacha­zos” (Ed. PÁRAMO Espagne, décembre 2017).
Les revues fran­çaises “Le Capital des Mots”, “Festival Permanent des mots” “Lichen”,“La ter­rasse” et “Revue Méninge” ont éga­le­ment publié cer­tains de ses poèmes en fran­çais, ori­gi­naux ou tra­duits de l’espagnol. 
Il a publié en avril 2019 un recueil per­son­nel, Zoologías, aux édi­tions En Huida (Séville).
Les édi­tions Sémaphore publie­ront bien­tôt son recueil bilingue Comme un dé rond.
Il fait par­tie du comi­té de rédac­tion de la revue poé­tique espa­gnole Crátera.
Il se consacre aus­si à la tra­duc­tion de poèmes, seul ou en col­la­bo­ra­tion avec Florence Real ou Marceau Vasseur. Ses tra­duc­tions ont été publiées par de nom­breuses revues en France (Passage d’encres, Le Capital des mots, Mange-Monde), Espagne (La Galla Ciencia, Crátera, El Coloquio de los Perrros) et Amérique  (Low-Fi Ardentia, Porto Rico, La Piraña, Mexique). Dans cette der­nière publi­ca­tion il dirige deux sec­tions de tra­duc­tion nom­mées « Le Piranha Transocéanique » (https://​piran​hamx​.club/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​l​e​-​p​i​r​a​n​h​a​-​t​r​a​n​s​o​c​e​a​n​i​que) et « Ventana Francesa » (https://​www​.piran​hamx​.club/​i​n​d​e​x​.​p​h​p​/​q​u​i​e​n​e​s​-​s​o​m​o​s​-​2​/​v​e​n​t​a​n​a​-​f​r​a​n​c​esa) 
Traductions publiées :
– “Fauves” (Editorial Corps Puce),  poèmes de l’auteur équa­to­rien RAMIRO OVIEDO (Traduit avec Marceau Vasseur, décembre 2017)
– “Erratiques”, poèmes d’ANGÈLE CASANOVA, pho­tos de PHILIPPE MARTIN. Edition bilingue. Éditions Pourquoi Viens-Tu Si Tard, octobre 2018
– “Les tra­vaux de la nuit”, de PAUL SANDA. Édition bilingue. Ed. Alcyone, décembre 2018.

Autres lec­tures