> Françoise Hàn, Roches éruptives

Françoise Hàn, Roches éruptives

2018-02-27T09:40:45+00:00

 

 

Comment les tutoyer ? Basalte, por­phyre, feld­spath, gra­nit, les nom­mer quand elle sont  immo­biles ne dit rien de la vio­lence qui les a pro­je­tées hors du mag­ma ori­gi­nel.

Le feu n’y repren­dra jamais. L’herbe ne sau­rait y pous­ser, encore moins les mois­sons. Leurs abîmes ne sont pas les nôtres. Elles ne sont pas les ruines de nos mondes anciens. Elles ne résument pas notre his­toire, la sup­portent, blocs pre­miers, sans y prendre part. Elles sont d’un autre pas­sage, plus lent que le nôtre. Beaucoup de temps est der­rière elles, sans qu’elles nous aient atten­dus.

Gardent-elles mémoire de pay­sages que nous n’avons pas connus, que nous essayons, en fixant sur elles l’objectif, de faire repa­raître sur les cli­chés ?

Elles n’ont pas été semées par un géant sou­cieux, comme le petit Poucet, de retrou­ver le che­min du retour chez soi. Elles ne jalonnent aucun pro­jet d’itinéraire. Elles ne sont pas même les indices d’une errance.

Malgré tout, elles s’ancrent dans le poème et les mots se res­serrent.

 

poème extrait de CAILLOUX

Présentation de l’auteur

Françoise Hàn

Poète et cri­tique lit­té­raire, née à Paris en 1928. A tra­vaillé long­temps dans l’édition scien­ti­fique. Collaboratrice de la revue Europe et des Lettres Françaises. Une ving­taine d’ouvrages publiés depuis Cité des Hommes (Seghers) en 1956. Derniers titres : Un été sans fin (Jacques Brémond, édi­teur, 2008) ; Le double remon­té du puits ((Jacques Brémond, édi­teur, 2011). à paraître : Ce pli ouvert (Jacques Brémond, édi­teur).

Françoise Hàn

© Ambre Nolen

Autres lec­tures

Brisures de mots : la poésie de Françoise Hàn

La lec­ture de l’œuvre de Françoise Hàn nous entraîne vers les abîmes immé­mo­riaux d’un temps et d’un espace revi­si­té par l’écriture en une sorte de troi­sième lieu médian.

X