Michel Baglin nous a quit­tés le 8 juillet 2019, empor­té par un can­cer, il avait 68 ans. 

Romancier, nou­vel­liste, poète, jour­na­liste, c’était un homme enga­gé et géné­reux : il accueillait notam­ment sur son site, la revue Texture, de nom­breuses plumes pour des ren­dez-vous lit­té­raires autour de cri­tiques, lec­tures… de poé­sie .

Vivant dans la région de Toulouse depuis des années, il était membre de l’équipe des ani­ma­teurs du Festival de Sète Voix Vives de Méditerranée en Méditerranée .

L’oeuvre de Michel Baglin  a été publiée par de nom­breux édi­teurs : Rhubarbe, Le bruit des autres, Le Castor Astral…

 

.

 

 

 

Ses der­niers livres sont un essai : La Perte du réel, paru il y a quelques jours aux édi­tions Rhubarbe (qui publient sous peu son pro­chain recueil, Les mots nous manquent) et, aux édi­tions Jacques André, en col­la­bo­ra­tion avec le poète Guy Allix, la bio­gra­phie Je suis Georges Brassens, sous-titrée “Les Copains d’abord” – tout un pro­gramme pour celui qui laisse à ceux qui l’ont connu le sou­ve­nir d’un ami fidèle à ses amis et à la poé­sie, au point qu’il semble que ces quelques lignes de la 4ème de cou­ver­ture parlent, comme un écho,  aus­si de lui : 

J’aurais vou­lu qu’on se sou­vienne pas seule­ment de moi pour avoir pas­sé ma vie à écrire des chan­sons et les avoir chan­tées au point de deve­nir riche et célèbre, mal­gré ma timi­di­té. Oui, j’aimerais que vous sachiez que ces chan­sons, c’étaient de la poé­sie, des célé­bra­tions de la vie, de l’amour et sur­tout de l’amitié. J’ai tel­le­ment aimé mes amis… 

Ce der­nier livre a été pré­sen­té lors de l’édition 2019 du Festival de Sète, où un vibrant hom­mage fût ren­du à celui qui l’a ani­mé pen­dant de nom­breuses années.

Recours au poème consa­cre­ra  un dos­sier à Michel Baglin dans un futur numé­ro.

 

 

 

Je n’ai pas de frères de race,
j’ai des frères de condi­tion,
des frères de for­tune et d’infortune,
de même fra­gi­li­té, de même trouble
et pareille­ment pro­mis à la pous­sière
et pareille­ment entê­tés à ser­vir
si pos­sible à quelque chose,
à quelqu’un, même d’inconnu,
à quelque frère de même por­tée,
de même siècle, ou d’avenir….

Extrait de Frères de Terre