> N°184 – Mai 2018
N°184 – Mai 2018 2018-05-22T23:34:48+00:00

Recours au poème – Numéro 184 – Mai 2018

Poèmes en une

Loading...

Essais & Chroniques

Rencontre avec…

Agenda

mai 2018

Poésie Go !Des pod­cast alliant poé­sie et numé­rique

23mai15h00min16h30minLe deve­nir du poème Périphérie du 36e Marché de la Poésie de Paris

23mai21h30min23h00minUne langue incon­nue de Valère Novarina - Les Langagières

25mai14h00min22h30minLes 10 ans de po&psy

26mai(mai 26)10h00min27(mai 27)17h00minLivres en scèneRencontres-lit­té­raires dans le Vercors

26mai14h30min17h30minNicole SOTTIAUX et Wanda MIHULEAC

26mai18h00min19h00minPerformance Catherine Gil AlcalaLa Foule Divinatoire des Rêves

28mai(mai 28)17h30min03jui(jui 3)21h00min19e Festival de Poésie de Montréal

Critiques

Nous avons reçu…

Les nou­veau­tés de Mai : 

 

Phoenix, Cahiers lit­té­raires inter­na­tio­naux, n. 28, dos­sier : Nicole Drano Stamberg. 158 p, 12 euros.

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Le Journal des Poètes, 2/​​2018, 87ème année, dos­sier : poé­sie croate du XXème-XXIème siècles, 2ème par­tie, 114 p. 10 euros.

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Claudine Bohi, Mettre au monde, pein­tures d’Anne Slacik, L’Herbe qui tremble, 164 p. 14 euros.
dans cette matière brute  /​​ tu plonges /​​ le corps entier /​​ tu le retournes /​​ sur ton cri /​​/​​ tu le fais sur­gir dans la chair /​​ et c’est par­tout

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Cécile Coulon, Les Ronces, Le Castor Astral, 166 p, 15 euros.
Ma force c’est d’avoir enfon­cé mon poing san­glant
dans la gorge du pas­sé
Ma force n’a pas d’ailes
Ni de griffes
Ni de longues pattes (…)

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Didier Arnaudet- Bruno Lasnier (pho­tos) , Les ice­bergs sont encore libres d’ouvrir les  yeux, L’Atelier des Brisants, album 50 p, 15 euros, 
L’un pho­to­gra­phie les ice­bergs cadrés par la fenêtre du bateau. L’autre est en fuite, mais sa moti­va­tion semble peu à peu perdre de son  urgence. Ils engagent une conver­sa­tion frag­men­tée (…) (extrait de la 4ème de cou­ver­ture)
réser­vé

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Pierre Dhainaut, Et même le ver­sant nord, éd. Arfuyen, 88 p, 11 euros.
Les vents sur le ver­sant nord sont noc­turnes, hos­tiles. Eprouvons-les, ces vents, au lieu de nous com­por­ter en intrus. Quand nous par­lons, ne cachons plus nos mal­adresses. Appelons “poèmes” ce qui nous met en garde. (…)

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Isabelle Lévesque, Pierre Dhainaut, La Grande année, avec des pho­to­gra­phies d’Isabelle Lévesques, L’Herbe qui tremble, 124 p, 18 euros.
réser­vé

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Jean-Louis Rambour, Tombeau de Christopher Flazone, pein­tures de Renaud Allirand, L’Herbe qui tremble, 64 p, 13 euros.
en quelques poèmes est retra­cée ici la courte exis­tence du musi­cien amé­ri­cain Christopher Falzone, génie du pia­no, diag­nos­ti­qué fou, enfer­mé, qui “prit la voie des airs” pour échap­per aux médi­ca­ments et à l’enfermement.

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Salvatore Quasimodo, La Lyre grecque, tra­duit de l’italien et pré­fa­cé par Patrick Reumaux, édi­tions Vagabonde, 216 p/​​ 21,50 euros.
pre­mière tra­duc­tion en langue fran­çaise d’un livre (1940) qui fut salué comme “une décou­verte essen­tielle du lan­gage des Grecs.”

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Isabelle Lévesque, Ni loin ni plus jamais, sui­vi de Salabreuil le magni­fique, Le silence qui roule, 36 p, 9 euros.
Un poète aimé ne meurt pas : il renaît dans les mots du poème, il rede­vient ce qu’il n’a pu être tota­le­ment, accom­plis­sant chaque pro­messe.

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Béatrice Marchal, Un Jour enfin l’accès sui­vi de Progression jusqu’au coeur, illus­tra­tions d’Irène Philipps, L’Herbe qui tremble, 200 p., 15 euros.
Un jour enfin l’accès
On quitte le jar­din
savam­ment agen­cé
aux allées bien tra­cées
on pénètre dans la forêt, 
on avance dans l’inconnu…

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Lambert Schlechter, Une Mite sous la semelle du Titien, pro­se­ries, Le Murmure du monde/​​7, Tinbad poé­sie, 128 p, 16 euros.
Cette mite cou­chée sur le dos, apla­tie, blan­châtre, bien visible à cause de la cou­leur brique du car­re­lage, pro­ba­ble­ment déjà des­sé­chée à l’intérieur, tout le psy­chisme qui était sans doute dans son ventre mou s’est éva­po­ré…”

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Marie-Hélène Archambeaud, Van, édi­tions mémoire vivante, poé­sie, édi­tion illus­trée de 6 pho­tos de l’auteure, 84 p. , 16 euros.
C’était un jour et je n’en sais plus la fin. Dans la col­line, si tu vois, je regarde plus sombre et là  s’éclaire tout un pan des nuages le soleil on dirait l’a choi­si. De la plage si loin dont le sable dur à mes pieds ne s’enfonce, où je peux mar­cher (…)

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Jean-Marc Barrier, Virga, éd. Les Cent Regards, for­mat plié, 18×35, 40 p. sous  jaquette, 26 euros (22 so avant le 30 mai) plus port, 8 euros, par chèque aux édi­tions Cent Regards, 60 impasse Ermengarde, 34090, Montpellier.
vir­ga /​​ nom fémi­nin (météo­ro­lo­gie) : le terme vir­ga désigne toute forme de pré­ci­pi­ta­tions n’atteignant pas le sol.
réser­vé

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Luminitza C. Tigirlas, Noyer au rêve, pré­face de Xavier Bordes, édi­tions du Cygne, 74 p. 12 euros,
Immobile /​​ le noyer me fixe /​​ de ses noix nues en demi-som­­meil /​​ de ver­tu outra­gée

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Quatre recueils aux édi­tions Rougerie :

Olivier Deschizeaux, Ours, édi­tions Rougerie,  un volume non cou­pé, 64 p. 12 euros.
Boycotter les enfers éthé­rés d’un orme enter­ré à l’envers. /​​/​​ Cowboys à angles égaux mais tou­jours dys­lexiques. /​​/​​ Bricoler les arpèges d’un cime­tière sous les pau­pières…

Jean-Claude Leroy, Ça contre Ça, édi­tions Rougerie, un volume non cou­pé, 64 p. 12 euros.
… tu avales des solu­tions /​​ c’est une affaire avec le ÇA /​​ un ÇA indif­fé­rent qui va choi­sir la guerre /​​ un ÇA inau­dible qui gui­de­ra ton corps /​​ un ÇA fer­mé qui t’ouvre les veines.

Roland Reutenauer, Le Portail dans les ronces, édi­tions Rougerie,  un volume non cou­pé, 64 p. 12 euros.
Personne ne l’accueillera /​​ un bou­quet de myo­so­tis à la main /​​ les habi­tants du ciel ont rega­gné /​​ depuis long­temps la vieille bible /​​ sur l’étagère

Jean- François Mathé, Prendre et perdre, édi­tions Rougerie,  un volume non cou­pé, 80 p. 13 euros.
Paupières, un matin, le ciel res­té dans la nuit /​​ ne vien­dra plus peser sur vos cils. /​​/​​ Tout sera lumière face à laquelle /​​ vous ne retom­be­rez pas, …

exem­plaires dédi­ca­cés – réser­vé

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

revue Traversées, n.87, prin­temps 2018, 154 p. abon­ne­ment 4 numé­ros, 30 euros, infos sur le site de la revue : /​​https://​revue​-tra​ver​sees​.com/​r​e​v​u​e​-​e​n​-​c​o​u​rs/

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

revue Ornata, 5, mars 2018, for­mat ita­lien, non pagi­né, 10 euros

Mical Anton & Valérie Chesnay, Lac de Garance,col­lec­tion Eurydema, édi­tions Ornata, for­mat ita­lien, non pagi­né, 15 euros.
“Les errances sont une dou­leur. Et alors ? Sans dou­leur que serait la vie ? Un silence pâle et plat ? /​​/​​ Il faut errer alors ! Errer à mer­veille.

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Jeanne Marie, Los cami­nos del alma, memo­ria viva de los poe­tas del 27, Les Chemins de l’âme, mémoire vive des poètes de la Génération de 27,  édi­tion bilingue pré­sen­tée par Françoise Morcillo et Juan Manuel Bonet, concep­tion et tra­duc­tion de l’espagnol par Jeanne Marie. réser­vé

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Shani Diluka, Canopées, Calligraphies Marilka Bührmann, art3, 95 p., 15 euros.
l’auteur a conçu ce livre comme un jar­din ouvert où se feuillettent les méandres de l’humanité. réser­vé

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Ana Blandiana, Ma Patrie A4, tra­duit du rou­main par Muriel Jollis-Dimitriu, intro­duc­tion de Jean-Pierre Longre, ouvrage bilingue,. Black Herald Press, 125 p. 15 euros.
Un poème que je ne dis pas, un mot que je ne trouve pas
Mettent en péril l’univers
Suspendu à mes lèvres.
Une simple césure dans le vers
Détruirait le sor­ti­lège qui dis­sout les lois de la haine,
Les reje­tant tous, farouches et soli­taires,
Dans la grotte humide des ins­tincts.”

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Christophe Dauphin, Patrice Cauda, Je suis un cri qui marche, essai, choix de poèmes et inédits, Les Hommes sans épaules édi­tions, 195p, 15 euros.
“De tant de dou­leur com­ment faire une vie ? inter­roge non seule­ment Patrice Cauda, res­ca­pé des mas­sacres du 9 juin 1944 à Tulle, mais don oeuvre entière. “

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Alain Breton, Infimes pro­diges, Oeuvre poé­tique, édi­tion éta­blie et anno­tée par Christophe Dauphin, pré­face de Paul Farellier, Les Hommes sans épaules édi­tions, 478p., 25 euros.
antho­lo­gie des textes publiés de 1974 à 2014, plus quelques textes sur­prises.

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Lambert Schlechter, Une Mite sous la semelle du Titien, pro­se­ries, Le Murmure du monde/​​7, Tinbad poé­sie, 128p, 16 euros.
Cette mite cou­chée sur le dos, apla­tie, blan­châtre, bien visible à cause de la cou­leur brique du car­re­lage, pro­ba­ble­ment déjà des­sé­chée à l’intérieur, tout le psy­chisme qui était sans doute dans son ventre mou s’est éva­po­ré…”

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Christophe Esnault, Mordre l’essentiel, Tinbad Poésie, 336 p. 26 euros
“Je n’aurais pas vou­lu être un écri­vain raté ordi­naire.”
en cours de lec­ture

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Christophe Schaeffer, Horizon(s), Les édi­tions de l’improbable, 2017, 68 p., 
“Les mots sus­pen­dus sur la ligne d’horizon du désir infi­ni y brillent d’un éclat stel­laire, venu des plus loin­tains de l’univers et per­çus au plus proche et au plus intime de la conscience indi­vi­duelle” (extrait de la 4ème de couv.)

_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​_​​

Alain Clastres, En Chemin, édi­tions uni­ci­té, 80 p. 13 euros.
“Alain Clastres ques­tionne, mais ne donne jamais de réponse, peut-être jus­te­ment parce que la ques­tion est la réponse elle-même” (extrait de la 4ème de couv.)

 

Rome Deguergue, Girondine, à la lisière de la pro­ésie et du nar­ra­toème, pho­tos et pic­to­pho­to­gra­phies de Patrice Yan Le Flohic, éd. Traversées, 98 p. 15 euros.
réser­vé


Pierre Dhainaut, état pré­sent du peut-être, édi­tion Le Ballet Royal, 56 p., 15 euros.
Les édi­tions LBR sont diri­gées par Mathieu Hilfiger et pro­posent de courtes pièces (frag­ments, poé­sie, théâtre) dans des livres soi­gnés au desi­gn moderne. 
recen­sé


Patricia Cartereau (poèmes) & Albane Gellé (des­sins et aqua­relles), Pelotes, averses, miroirs, lec­ture de Ludovic Degroote, L’Atelier contem­po­rain, volume car­ton­né et illus­tré, 163 p ; 25 euros.


Giorgio Manganelli, Salons, tra­duit de l’italien par Philippe di Meo, L’Atelier contem­po­rain, un volume car­ton­né, 150 p. 20 euros.
chro­nique de visites ima­gi­naires à d’imaginaires salons, dont l’auteur rend compte à la manière d’un Diderot ou d’un Baudelaire.


Danièle Faugeras, A chaque jour suf­fit son poème, Haïkus, pip­pa éd., 66p., 15 euros.


Françoise Le Bouar, Le Fouillis du ciel /​​de la terre/​​et des eaux, L’Herbe qui tremble, 100p, 14 euros.
Il y a là tout de même /​​une ligne d’horizon se dit-elle, /​​derrière le fouillis…


Gérard Bocholier, Un char­don de bleu pur, L’Herbe qui tremble, 104 p, 14 euros.
Je ne savais pas ce que c’était /​​ de brû­ler de sang sous la neige /​​ d’habiter l’abîme aux miroirs /​​ de nouer le feu à la mer.


Olivier Demigné, image Antoine Corbineau, Poèmes arron­dis, Petite fabrique de poé­sie au hasard des rues, Cheyne éd. “Poèmes pour gran­dir”, 48p. 15 euros.


Estelle Fenzy, Par là, édi­tions Lanskine, 70 p., 12 euros.
Tremblez /​​  échines courbes /​​ langues rai­dies /​​  oreilles sourdes /​​/​​ Tremblez trem­blez   /​​/​​Brûlez tout le long de vos os…
en cours de lec­ture


Catherine Gil Alcala, La Foule divi­na­toire des rêves, Poèmes et 18 des­sins, édi­tions La Maison brû­lée, 114 p., 15 euros.
J’ouvre la porte, ma mai­son est une prai­rie pro­fonde
                                                             entou­rée de forêts.
La réver­bé­ra­tion d’un pay­sage inté­rieur
dans la tor­peur du jour cani­cu­laire
le rie inquiet d’une pré­sence au fond de l’eau..
ou le cri de l’orfraie…
recen­sé


Benoît Reiss, Svetlana, Cheyne édi­teur, col­lec­tion “Grands Fonds”, 125 p., 19 euros.
Il s’agit d’un conte de quête moderne : la nar­ra­trice s’adresse à Svetlana, fille du tyran, pour obte­nir de sau­ver son mari et son fils rete­nus dans le “grand com­mis­sa­riat” – l’écriture poé­tique et le des­tin mys­tique de l’héroïne “trans­for­mée à force de poé­sie” jus­ti­fient sa pré­sence dans notre liste de livres à recen­ser, de même que le volume sui­vant : 

Marie Cosnay, Eléphantesque, Cheyne éd. col­lec­tion “Grands Fonds”, 15p. 19 euros,.
Dans ce récit à la pre­mière per­sonne, l’autrice fouille et déplie poé­ti­que­ment la vie d’un cou­sin résis­tant, reve­nu des camps et décé­dé à 20 ans, dans un puzle mêlant docu­ments anciens, minutes du pré­sent, spé­cu­la­tions…


2 recueils de Laurence Bourgeois,aux édi­tions Rafael de Surtis : Falaises du corps, illus­tra­tions Joan Beall, envoi, Jean-Marie de Crozals, 
et Nili Fossae, illus­tra­tions d’Hélène Baumel, envoi inté­rieur Dani Frayssinet.
de très beaux livres !


Saleh Diab, Poésie syrienne contem­po­raine, édi­tion bilingue, Le Castor Astral, 368 p., 20 euros.

réser­vé


Radu Bata, Survivre mal­gré le bon­heur, Jacques André édi­teur, col­lec­tion “art square”, 200 p. , 19 euros.
 ce recueil de “poé­settes sans prise de tête” écrites par l’auteur pour récon­ci­lier ses étu­diants avec la poé­sie  nous offre des textes pleins de verve et d’humour.


André Prodhomme, Impasse des abso­lus, col­lec­tions Les Hommes sans Epaules, Libraire-Galerie Racine, Paris, 2016, 86 p. 15 euros.
J’ai la pré­ten­tion de vieillir dans un luxe infi­ni
D’aimer
De l’être
D’avoir des amis
Du vin
Des chats (…)
en cours de lec­ture


Frédéric Tison, Aphélie, sui­vi de Noctifer, col­lec­tions Les Hommes sans Epaules, Libraire-Galerie Racine, Paris, 2018, 124 p.  15 euros. 
“De quelles pro­fon­deurs déçues, de quelle fon­taine noire, de quelle oeuvre viens-tu ? De quelles mains ?
Pour moi, je ne révé­le­rai pas toutes tes fumées – j’évoquerai le monde où tu passes.
Tu sourds. Tes  yeux s’éprennent du ciel – Gage que la lumière est un cri, et que ta vois est déjà sa réponse ardente.”


Nuno Jùdice, Le nom de l’amour, La Nouvelle Escampette poé­sie, 2018, 94 p. 15 euros


Seyhmus Dagtekin, Juste un pont sans feu – prix Stéphane Mallarmé, prix Théophile Gauthier, Le Castor Astral, 2018, 94 p. 12 euros.

et Sortir de l’abîme, mani­feste, 22 p. 4 euros


aux édi­tions Les Lieux-dits, deux recueils publiés en 2017 : 

  • Sylvie Villaume, rue com­po­sée, Cahiers du loup bleu, édi­tions Les Lieux-dits, 2017, 32 p. 7 euros.
  • Arnoldo Feuer, Couleur de roses mortes, Echos d’une sai­son en fuite, Cahiers du Loup bleu, 36 p. 7 euros.

Fabien Marquet, Par la Fenêtre, je me suis fait feuillage, édi­tions uni­ci­té, 112 p. 13 euros.
un pre­mier recueil qui “donne dans son tra­jet à sen­tir des cor­res­pon­dances, et à goû­ter des sen­sa­tions qui ouvrent en nous comme de nou­velles portes.” (extrait de la 4ème de cou­ver­ture)


  • L’Epais des Forêts, antho­lo­gie, dis­tri­buée aux auteurs contri­bu­teurs de l’anthologie homo­nyme sur la revue numé­rique Terre à Ciel,
    (12ème volume de la col­lec­tion “La Main qui écrit”, édi­té par Florence Saint-Roch et l’association “Saint-Omer en toutes lettres”. )
    hors com­merce.

  • Max Alhau, En cours de route, avec des pein­tures de Marie Alloy, L’Herbe qui tremble, 120 p. 14 euros.
    “Serais-tu celui qui se résigne /​​ à répé­ter des mots /​​ usés jusqu’à la lettre /​​ et qui pour­tant avance…”
    en cours de lec­ture

Trois nou­veaux ouvrages des édi­tions Al Manar :

  • Bernard Desporte, Le Cri muet – en cours de lec­ture
  • Hafid Gafaïti, Les Braises de l’aube – en cours de lec­ture
  • Marie Alloy, L’Empreinte du visible – en cours de lec­ture
  •  

  • Morgan Riet, Sous la cognée, Editions Voix Tissées, col­lec­tion C’est -à-dire, 2017, 78 p. 8 euros.
    On était loin alors,/ à des années-nua­­ge/ de cet âge/​​où l’on ren­drait des comptes/​​ où les rêves/​​ sou­vent /​​oublieraient/​​ de nous faire/​​ la courte échelle.

  • Christophe Sanchez, Les Gens, chro­niques ordi­naires, Tarmac, décembre 2017, non pagi­né, 14 euros.
    “Journal d’une tra­ver­sée entre les gens. leurs lieux. leurs ins­tants. Un regard défor­mé sur eux et sur ce qu’ils dégagent parce que je ne connais pas ces gens.”

  • Albertine Benedetto, Eva-Maria Berg, Ada Montès, Gérardmer, poème pour trois voix, édi­tions Pourquoi viens-tu si tard?, novembre 2017 80 p. 10 euros, 
    en cours de lec­ture

  • Gérard Bocholier, Tisons, poèmes, La Coopérative, jan­vier 2018, 110 p. 13 euros.
    “La brû­lure du désir et la brû­lure de l’absence sont les deux grandes sources d’inspiration de ce livre pla­cé sous le signe du feu, dont la genèse s’est éten­due sur de longues années.” (extrait de la 4ème de cou­ver­ture)

  • Recueil poé­tique col­lec­tif, Lignes d’horizons, Le Havre et autres rivages, édi­tions Lignes d’Horizon, 153 p. , 13 euros. 
     “Lignes d’arrivée, de départs ou de flot­tai­sons, /​​ Points de fuite, de vues, de chutes, /​​ Points de repères, /​​ D’accroches ou encore d’ancrages. (extrait de la 4ème de cou­ver­ture)

  • Jean-Marie Barnaud, Le Poète et la méchante humeur, avec des images de Rascal, Cheyne édi­teur, col­lec­tion “Hors Collection”, for­mat 140×170 mm,  64 p., 17 euros.un récit poé­tique sous forme épis­to­laire.
    recen­sé

Trois volumes, sous jaquette, dans la col­lec­tion Po&psy, édi­tions ERES, numé­ros 28 à 30 – 12 euros (des extraits pré­sen­tés dans Les Bonnes Feuilles de Po&psy sur le numé­ro 181 de Recours au Poème) :

  • Ivan Akhmetiev, Rien qu’une col­li­sion de mots, poèmes tra­duits du russe par Christine Zeytounian-Beloüs, gra­vure d’Edith Schmidt.
  • Ashur Etwebi, Le Chagrin des absents, poèmes tra­duits de l’arabe (Lybie) par Antoine Jockey, des­sins de Yahya Al-Sheikh.
    en cours de lec­ture
  • Epaminondas Gonatas, La Crypte et autres poèmes, tra­duit du grec par Marie-Cécile Fauvin, vignettes de Alexis Akrithakis
  • en cours de lec­ture

  • Jules Vipaldo, Le Banquet de Plafond, Poésie Tinbad, 148 p. 18 euros.

  • Brice Bonfanti, Chants d’Utopie, col­lec­tion L’une et l’autre, Sens & Tonka & Cie, 174 p. 16, 50 euros.

  • Revue CAIRNS, n. 20 (jan­vier 2017) Afrique(s) et n. 21 (sep­tembre 2017), L’Etranger. 62 p. , 9 euros, sur le site : www. patrick​.joquel​.com
    revue semes­trielle, à des­ti­na­tion des ensei­gnants et de leurs classes – recen­sé

  • René Le Corre, Un Monde de rosée, Monde en poé­sie, pré­face de Pierre Tanguy, post­face de René Perron, 128 p. 12 euros.

Ecrits choi­sis par Brigitte Maillard et l’auteur par­mi la pro­duc­tion de 30-40 ans.


  • Florent Toniello, Lorsque je serai che­va­lier, Jacques Flament édi­tions, col­lec­tion “paroles de poètes”, 118 p. , 12 euros.
    “Pourquoi conti­nuer à écrire de la poé­sie, quand tant d’autres le font si bien et que si peu la lisent ? Au fond, quelle est la légi­ti­mi­té d’un poète dans le monde actuel?” (extrait de la 4ème de cou­ver­ture).

  • Lambert Schlechter, Milliards de manières de mou­rir, 99 neu­vains, G.R.A.P.H.I.T.I EDITIONS PHI, Luxembourg, 110 p.
  • Lambert Schlechter, Monsieur Pinget sai­sit le rateau et tra­verse le pota­ger, Le Murmure du monde /​​6, édi­tions Phi (www;phi.lu), 137 p. 19 euros.
    recen­sé

  • Murièle Modély, Penser maillé, éd. du cygne 
    en cours de lec­ture

  • Etats pro­vi­soires du poème, Revue annuelle, numé­ro 17 ; Japon, Poèmes et pen­sées en archipel, Cheyne édi­teur, décembre 2017, 144 p. 22 euros.
  • Christophe Sanchez, Les Gens, chro­niques ordi­naires, Tarmac, décembre 2017, non pagi­né, 14 euros.
    “Journal d’une tra­ver­sée entre les gens. leurs lieux. leurs ins­tants. Un regard défor­mé sur eux et sur ce qu’ils dégagent parce que je ne connais pas ces gens.”

  • Albertine Benedetto, Eva-Maria Berg, Ada Montès, Gérardmer, poème pour trois voix, édi­tions Pourquoi viens-tu si tard?, novembre 2017 80 p. 10 euros, 
    en cours de lec­ture

  • Gérard Bocholier, Tisons, poèmes, La Coopérative, jan­vier 2018, 110 p. 13 euros.
    “La brû­lure du désir et la brû­lure de l’absence sont les deux grandes sources d’inspiration de ce livre pla­cé sous le signe du feu, dont la genèse s’est éten­due sur de longues
  • Recueil poé­tique col­lec­tif, Lignes d’horizons, Le Havre et autres rivages, édi­tions Lignes d’Horizon, 153 p. , 13 euros. 
     “Lignes d’arrivée, de départs ou de flot­tai­sons, /​​ Points de fuite, de vues, de chutes, /​​ Points de repères, /​​ D’accroches ou encore d’ancrages. (extrait de la 4ème de cou­ver­ture)

  • Jean-Marie Barnaud, Le Poète et la méchante humeur, avec des images de Rascal, Cheyne édi­teur, col­lec­tion “Hors Collection”, for­mat 140×170 mm,  64 p., 17 euros.
    • un récit poé­tique sous forme épis­to­laire.

Trois volumes, sous jaquette, dans la col­lec­tion Po&psy, édi­tions ERES, numé­ros 28 à 30 – 12 euros (des extraits pré­sen­tés dans Les Bonnes Feuilles de Po&psy sur le numé­ro 181 de Recours au Poème) :

  • Ivan Akhmetiev, Rien qu’une col­li­sion de mots, poèmes tra­duits du russe par Christine Zeytounian-Beloüs, gra­vure d’Edith Schmidt.
  • Ashur Etwebi, Le Chagrin des absents, poèmes tra­duits de l’arabe (Lybie) par Antoine Jockey, des­sins de Yahya Al-Sheikh.
  • Epaminondas Gonatas, La Crypte et autres poèmes, tra­duit du grec par Marie-Cécile Fauvin, vignettes de Alexis Akrithakis

  • Jules Vipaldo, Le Banquet de Plafond, Poésie Tinbad, 148 p. 18 euros.

  • Brice Bonfanti, Chants d’Utopie, col­lec­tion L’une et l’autre, Sens & Tonka & Cie, 174 p. 16, 50 euros.

  • Revue CAIRN, n. 20 (jan­vier 2017) Afrique(s) et n. 21 (sep­tembre 2017), L’Etranger. 62 p. , 9 euros, sur le site : www. patrick​.joquel​.co
           revue semes­trielle, à des­ti­na­tion des ensei­gnants et de leurs classes.

  • René Le Corre, Un Monde de rosée, Monde en poé­sie, pré­face de Pierre Tanguy, post­face de René Perron, 128 p. 12 euros.

Ecrits choi­sis par Brigitte Maillard et l’auteur par­mi la pro­duc­tion de 30-40 ans.


  • Florent Toniello, Lorsque je serai che­va­lier, Jacques Flament édi­tions, col­lec­tion “paroles de poètes”, 118 p. , 12 euros.

Pourquoi conti­nuer à écrire de la poé­sie, quand tant d’autres le font si bien et que si peu la lisent ? Au fond, quelle est la légi­ti­mi­té d’un poète dans le monde actuel?” (extrait de la 4ème de cou­ver­ture).


  • Lambert Schlechter, Milliards de manières de mou­rir, 99 neu­vains, G.R.A.P.H.I.T.I EDITIONS PHI, Luxembourg, 110 p.
  • Lambert Schlechter, Monsieur Pinget sai­sit le rateau et tra­verse le pota­ger, Le Murmure du monde /​​6, édi­tions Phi (www;phi.lu), 137 p. 19 euros.
    en cours de lec­ture

  • Murièle Modély, Penser maillé, éd. du cygne 
    en cours de lec­ture

  • Etats pro­vi­soires du poème, Revue annuelle, numé­ro 17 ; Japon, Poèmes et pen­sées en archipel, Cheyne édi­teur, décembre 2017, 144 p. 22 euros.

Revue des revues

X