Annie Lulu est née à Iaşi, en Roumanie, d’un père congo­lais et d’une mère rou­maine. Elle enseigne la phi­lo­so­phie en région pari­sienne. Sa recherche poé­tique tend à faire coïn­ci­der tous ses peuples au ter­ri­toire de l’écriture, invi­tant diverses langues (rou­main, rro­ma­ni, lin­ga­la, hébreu) dans la char­pente d’un fran­çais à la fois raci­nal et exi­lé, qu’elle appelle son Inimă (“coeur” en rou­main, organe et souffle). 

Inimă est ain­si une ten­ta­tive de ras­sem­ble­ment pro­téi­forme des exils bal­ka­nique et afri­cain concen­trée dans un poème. L’instrument fran­co­phone, qui n’est pas sa langue mater­nelle, y est pen­sé à la fois comme sour­dine et des­ti­na­tion ima­gi­naire d’exolangues en per­ma­nente incur­sion.

Chanteuse, ayant gran­di dans la pas­sion du blues, du spi­ri­tual et celle des chants tra­di­tion­nels des Balkans, Annie Lulu est aujourd’hui voca­liste et ins­tru­men­tiste.

cré­dit pho­to Richard Darmon

Poèmes choi­sis

Autres lec­tures