Le matin lavé de lumière n’ap­porte aucune réponse.

Mais il a éloigné les questions,
comme la marée se retire de la grève
révélant la nudité de l’espace.

Ain­si les mains vides
paumes ouvertes
marcher au creux des heures qui se déplient
debout dans l’air hyalin, humide
fendu çà et là par le craille­ment d’oiseaux invisibles
ser­rer le pouls ténu du jour
dans une amorce de brume.
                                   
Marcher vers cette fenêtre
phare allumé en lisière de nuit
et boire l’af­faire­ment de la vie
comme elle éclot une fois encore.

S’en tenir au ras des choses,
car nous ne savons rien.