Accueil> Adam Zagajewski

Adam Zagajewski

2021-09-09T08:05:20+02:00
Né à Lviv, en Pologne, en 1945, Adam Zaga­jew­s­ki fut trans­féré en Pologne occi­den­tale avec sa famille alors qu’il était nou­veau-né. Après les événe­ments de Gdańsk en 1980, il pas­sa deux ans à Berlin, puis s’installa en France en 1982, où il fut un co-fon­da­teur de la revue Zeszy­ty Lit­er­ack­ie [Cahiers lit­téraires] dirigée par l’Institut Lit­téraire Kul­tura. Pen­dant ce temps, il enseigna aux États-Unis dans les uni­ver­sités de Hous­ton et de Chica­go, don­nant un cours par semes­tre. Puis il revint en Pologne et s’installa à Cra­covie. Son oeu­vre, écrite en polon­ais, a été traduite en plusieurs langues. Après 1989, ses oeu­vres recom­mencèrent à paraître en Pologne. Il est con­sid­éré comme faisant par­tie de la “Généra­tion de 1968” soit dit la “Nou­velle Vague” d’écrivains polon­ais. Fon­da­teur du groupe “Ter­az” [Main­tenant] à la suite des événe­ments de mai 1968, ses pre­mières oeu­vres furent des poèmes de con­tes­ta­tion visant à redonner au lan­gage la force de témoignage. Plus tard, il se con­cen­tra sur les thèmes de la nuit, des rêves, de l’influence du passé sur le présent, du temps, de l’infini et de l’éternité, du silence et de la mort. Par­mi ses auteurs préférés il faut compter  Bruno Schulz, Friedrich Niet­zsche, Ernst Jünger, Emil Cio­ran, et Got­tfried Benn. Il a reçu une bourse du 
Berlin­er Kun­stlepro­gramm, le Prix de la Lib­erté et, en 1992, puis une bourse de la Fon­da­tion Guggen­heim. Ses oeu­vres ont été traduites en alban­ien, bul­gare, chi­nois, anglais, français, alle­mand, grec, hébreu, hon­grois, espag­nol, sué­dois, et ukrainien. 

 

Auteur de 15 recueils de poésie, trois livres de prose, et dix recueils d’essais, ses oeu­vres traduites en français par Lau­rence Dyèvre com­pren­nent Sol­i­dar­ité, Soli­tude  ( Fayard, 1986), Coup de cray­on ( Fayard, 1987), La Trahi­son ( Fayard, 1993), Dans une autre (Fayard, 2000) et Eloge de la fer­veur ( Fayard 2008). Pour sa tra­duc­tion de Palis­sade, Mar­ronniers. Lis­erons. Dieu (Fayard, 1989), son épouse Maja Wodec­ka se vit décern­er le Prix Jean Mal­rieu en 1990. Elle traduisit égale­ment Mys­tique pour débu­tants, autres poèmes avec Michel Chan­deigne (Fayard, 1999).

Autres lec­tures

In Memoriam : Adam Zagajewski (1945–2021)

Adam Zaga­jew­s­ki nous a quit­tés  le 21 mars 2021 à Cra­covie, en Pologne. Il avait 75 ans. Son décès est sur­venu lors de la Journée mon­di­ale de la poésie de l’UNESCO. Poète polonais […]

Aller en haut