Est-ce que le cœur s’empierre ?
Ou alors de ces pier­res issues du chaos

Et le cœur se sidèrerait

Il y aurait les larmes
Mais n’irriguent que ce qui croît et perdure
Précè­dent le sourire des enfants
De la belle eau découpée dans du papi­er doré
Le pain du voyageur sur la terre
Sous ce qu’il croit son ciel

Une étoile a ouvert le ciel
Et celle de chair a plongé dans l’entaille
Non plus dans la chute mais dans l’ascendance

Porte claquée ou cas­sure du rameau
C’est un écho qui se suspend
Puis s’enclot dans un silence ébloui

Je te pleure sans larmes
Je te par­le sans voix
Je ne ressens pas de vide
Je porte un corps étranger entouré d’une poignée de désert
Ce que tu deviens quand ma mémoire se rêve prophète
C’est mon chemin avec toi
Dans un piège à reflets

Et ce qui se dérobe masque la braise commune
Je voudrais tuer ton fantôme

Il n’y a pas de larmes
Il n’y a pas de pierres
Juste un cail­lot de pénom­bre grif­fée de feu