Souf­fle ténu dans les feuillages
(cer­tains l’appellent Dieu)
odeur aride du soir qui monte des collines
soleil cuivreux
                          bar­que drainant le crépuscule.

Pour nous qui sommes tou­jours en sursis
sus­pendus entre deux vertiges
il n’est pas d’autre phare
que ces voix humaines qui ric­ochent con­tre les étoiles
ces rires 
qui s’échappent des fenêtres
brasiers allumés dans l’obscur
comme autant de fumées sacrificielles.

Quelle est leur supplique ?

Que le lierre, peut-être, con­tin­ue de pouss­er dans la nuit.