Il neige dou­ce­ment sur la peau de ma paume
comme il a nei­gé durant l’âge de pierre.
Naissent la len­teur et l’espacement à l’ombre des étoiles
naissent la foudre, la vapeur
sur ma main tour­née au ciel des chaînes de lumière se brisent
des engre­nages iri­sés se désen­gendrent.

Publié dans l’anthologie Chant de plein ciel – Voix du Québec

⇒ Lien vers le bon de com­mande