La fleur le ciel
Mer admirable
La chair et l’âme y disparaissent

Il faut se rendre
Gag­n­er le souffle 
Qui épouse l’or la lumière

Brûler en lui
Tout ce qui marche
Muré de pier­res dans sa nuit

Cette forêt
Pâle et sans arbres
Qui hante chaque solitude

Brûler le chant
Au puits de flammes
Ce livre d’ombre à mots perdus

 

   Voix secrète (L’Arrière-Pays, 1995)

Présentation de l’auteur