> James Noël, Trois poèmes inédits

James Noël, Trois poèmes inédits

Par |2018-07-12T21:07:35+00:00 5 juillet 2018|Catégories : James Noël, Poèmes|

Circonstances

 

L’eau coule sous le pont
y en a t-il assez pour laver nos visages

Les oiseaux se dirigent
en dia­go­nale vers la mon­tagne
devant nous un grand arbre qui cache
ce qui nous reste humai­ne­ment de forêt

au loin un chant acci­den­té de camion­neur
c’est sûre­ment le vent

qui le ramène jusqu’à nous
en oiseau de mau­vaises cir­cons­tances

l’eau coule sous le pont
y en a t-il encore pour laver nos visages

                                         *****

                                                                                              

James Noël par Pascale Monnin.

Texte Kenny Ozier La fon­taine (Paul Poule), des­sin
Gaspard oeuf.

En hommage à Manno Charlemagne

69 cordes pour une guitare

Rêveur magné­tique
révo­lu­tion­naire mort à 69 ans
devrions-nous
pour les ouvriers
devrions-nous
pour les plan­teurs de cannes à sucre
et les semeurs de lucioles
dans les champs de nuit
devrions-nous
au pro­fit de la lutte
éro­ti­ser tous nos héros


Manno Charlemagne
avait 69 ans
au fond le corps nu de sa gui­tare 
brû­lait de pas­sion
pour les vol­cans

devrions-nous
man­ger le pain
cou­ler le café du soir
avec une étoile
dans la gorge
comme der­nière aspi­rine
avant l’éternité
il faut des filles
et des ciga­rettes comme il faut
pour la révo­lu­tion en pays chaud

la note est pure
mais rien n’est simple
en amour
les jours ouvrables sonnent fériés
les jours fériés sont entre-ouverts 
ouvrier céleste qui ferme le poing
dans la gueule du bour­geois
pour­fen­deur de haute gamme
et des luttes dans les bas-fonds
devrions-nous
pour l’amour libre
éro­ti­ser tous nos héros

                                        ****

Face à la page blanche

Puisqu’il faut par­ler de métis­sage
de la tex­ture du désir se déro­bant
de peau et de cha­grin 
je confesse avec lâche­té
avoir des­si­né tes fesses à la craie blanche 
sur une ardoise noire
j’ai cou­ché tes courbes
avec du char­bon noir
sur une page blanche
et j’ai fumé en boucle
tes pen­sées au tra­vers
des nuages lourds
dis-toi bien Que
j’ai fumé
en boucle
au creux
de tes cheveux4
j’ai bri­sé la ligne du coeur
cas­sé la main gauche
cas­sé la main droite
je ne suis qu’un œil en roue libre 
dans le cha­vi­re­ment des cou­leurs

Veules-Les-Roses, France, déc 2017

Texte Kenny Ozier La fon­taine (Paul Poule), des­sin
Gaspard oeuf.

X