la vie son bouil­lon­nement à décou­vert sur l’exil sa torpeur

le trem­blé de l’être sa voca­tion à sur­gir du néant

tu prends dans tes mains son pro­jet sa démesure

tu claques comme dra­peau dans un ciel serein

tu affrontes et soulignes la riv­ière ses méandres

le soir qui vient le repos le son clair de la nuit

sous la lampe tu lis une comp­tine à l’enfant qui s’endort

tu reviens sur tes chemins lourds tu les effaces

tu ren­con­tres les dieux sur un chemin de terre

 

 

Édi­tions Bruno Doucey