Pein­dre pour
Faire tomber la vie dans la vie

Mais dans la vie originelle
Qui est le frémissement
D’un presque silence
Con­tenant pour­tant tout l’espace

Pein­dre comme un geste
Infini :

Pein­dre comme l’eau de source bute
Sur les syllabes
Comme elle échoue à trouver
Une fin à son poème

Pein­dre comme vivre