La pluie bat­tante
parle à coeur ouvert

Embrasse les pas de porte
et la cour­bure du ciel

Chaque mot ouvre un oeil
de com­bat

Et mord avec les dents
du cou­rage

Je la regarde par la fenêtre
dan­ser son menuet hau­tain

De fian­cée délais­sée

A l’ombre de quelques livres
tai­seux

 

Novembre 2012