La pluie battante
par­le à coeur ouvert

Embrasse les pas de porte
et la cour­bu­re du ciel

Chaque mot ouvre un oeil
de combat

Et mord avec les dents
du courage

Je la regarde par la fenêtre
danser son menuet hautain

De fiancée délaissée

A l’om­bre de quelques livres
taiseux

 

Novem­bre 2012