Ma richesse
C’est la neige
Et sa lumière aurorale

J’accumule les fruits
D’arbres scel­lés de blanc
Et j’envoie mes oiseaux
Aus­cul­ter les cimaises

Oiseau
Mon messager
Au creux secret des arbres

Oiseau
Étoile mobile
Qui incendie les neiges

J’attends
— le ciel descend
Sur les dents de la ville

J’attends
— et l’ombre emballe
les maisons engourdies

quand saign­era sur nous
le feu coulant
du jour ?
je tisonne,
dans l’attente,
les cendres
d’un été mort