Je suis l’athanor de moi-même
Mon cœur est en putréfaction
Sel, soufre et mercure
Coulent dans mes veines
Le plomb de mes con­tra­dic­toires pulsions
Se trans­mu­tent en or pur

Œuvre au noir de mes peines

Je suis l’athanor de moi-même
Mon cœur est en fusion
Pas­sions désirs et sentiments
Bru­lent dans mes veines
Je me porte à l’incandescence
De ma seule iden­tité vraie

Œuvre au rouge de ma  raison

Ce qui est en bas est comme
Ce qui est en haut. Sexe, ventre
Cœur et cerveau sont désor­mais reliés
Seul l’Amour vrai rend libre et lucide
Mon amour de la vie brille dans tes yeux
Nous sommes enfin nous-mêmes vivants

L’Œuvre au blanc est achevé
Je renais au plus haut de moi-même

 

[poème extrait de L’écorce des cœurs, Le Nou­v­el Athanor, 2011]