Chemins de traverse

Sur une brindille

J’ai marché d’un coup sec.

Un jour est né.

Puis j’ai recommencé.

 

 

Extrait de « Reliefs lyriques »

 

 

Le bijou d’enfant

Avec beau­coup de soin, les enfants obser­vent les brelo­ques, petits bouf­fons joyeux.
Sans doute
lisent-ils dans ces objets futiles l’espérance de devenir aus­si beaux que leurs
par­ents ou bien
pensent-ils pro­fondé­ment à ce que sera plus tard leur vie et ces déri­sions
cristallisées ser­vent de
sup­port à une rêver­ie sub­lime.
Per­dre un bracelet rose ou une bague plas­tique est un grand drame
car ils ont fait tomber
dans la mer du temps un brin d’eux-mêmes, un peu d’amour.
Gran­dis, ils
s’accrochent à ces clefs qui leur ouvrent les portes des déli­cieux songes et
désirent recon­quérir un
peu de cette poésie qu’ils avaient égarée dans un flux pour eux alors trop puis­sant. Ils veulent
retrou­ver un bout de leur éternité.

 

Le col­lier

Quelques mer­veilles dansent. S’accrochent. S’appuient. Se posent.S’abritent. Nichent. Dorment. 
Logent. Se déploient. Jouent une mélodie de piano. S’offrent. Savent se taire.

 

Deux extraits des « Bijoux ciselés »

 

Le dauphin

L’ondée avive le vertige.

Pour­tant le souf­fle ne per­turbe ni l’allant ni la courbe. Se nour­rit d’air, de bouf­fées et d’une vague.

Voltige, est prince, une brassée d’écumes.

Respire, jet d’air, et accom­pa­gne l’autre en sa trouée, en sa prom­e­nade, lui est ami, berce ses flots de rires.

L’aileron nav­igue, arrondit la sur­face. Pro­fond soleil, léger bambin.

Aller là où luit l’eau.

Et décou­vrir, intense, l’espace, le loin. Fendre alors les mers, caress­er l’horizon à une touche, y puis­er l’espoir d’être tou­jours et infi­ni, le pre­mier. Avant-gardiste ? Anachronique. Et utopiste. Le pio­nnier ne laisse pas de sillon.

D’un bond gag­n­er le large et se sou­venir comme d’un tré­sor de la main croisée au bas de l’esquif.

Frère d’un jour, fur­tif. A l’âme éphémère. A l’élan tem­porel. Au flux parfait.

Lib­erté belle.

 

Extrait de « Mes ani­maux doux »

 

Etoiles ros­es

Mod­u­la­tions du son

Dans un chemin abstrait,

Par­tir et

Là-haut attire

L’idée, le sentiment.

Mon­tée, expérience

Du grain et du plein

De la vie retrouvée

Sans voix mais extasiée

L’amour en flèch­es comme points de fuite.

 

Extrait de « Ten­dresse des astres »