le vis­age
quand on par­le de lui
avec le corps

avec le corps nu
pour le dire

on ne s’en lasse jamais
il y a un véri­ta­ble fes­ti­val d’étincelles

et de légers chaos dans le langage
pic­tur­al qui ne cesse jamais

de se réinventer
dans le sens

d’une plus grande musicalité

mais dans le sens d’une ouverture
émue sur le monde