Il y a deux cer­ti­tudes en ce monde
Pour un peintre :

Les pétales des fleurs
Sont tout le con­traire d’une signature
Et chaque fleur ignore la seconde
De notre regard

Pein­dre alors
C’est le savoir et aller con­tre ça
Con­tredire la certitude
Avec l’absolu
D’un geste com­mencé dans l’hiver
Et con­tin­ué peu à peu
Au soleil d’une ren­con­tre avec l’autre
Guet­té dans son retrait
Et ren­con­tré dans sa sauvagerie

Ren­con­tré avec la douceur
D’un instant d’in­fi­ni partagé
Sans que la sauvagerie soit défigurée