> Marianne Braux, Quatre sonnets

Marianne Braux, Quatre sonnets

Par | 2018-05-05T13:58:17+00:00 5 mai 2018|Catégories : Marianne Braux, Poèmes|

Le sonnet des Sibylles

 

De syl­labe en syl­labe elles éla­borent l’antique
Epreuve du sens rivé aux dési­rs auto­nomes
Et couvrent l’œil infirme d’un invi­sible baume
Fait des sons sibyl­lins dans leur bouche éclec­tique

Ces femmes                         je veux les rete­nir
                      claires obs­cures
Non point comme d’amusantes fables tant s’en faut
Ni pour mettre à mal l’injuste glose du héraut
De l’Un péné­trable           
                                  malai­mé  
                                                    à ban­nir
Sans pitié pour celles qui détiennent le la
Du faux chant des hommes n’y enten­dant que le glas

De la per­pé­tua­tion
                                Ces femmes sans loi
                                                    Je veux les faire reve­nir
Au lieu de la vague prose
Qu’elles arra­chèrent à sa cause et qui encore osent
Hanter dans nos cha­pelles les mâles sou­ve­nirs

  

 

Infans

 

Des limbes reve­nu
                                 le bel enfant de l’Art
Vocalique appose au monde un autre regard
Vernaculaire où accule le sang de ses pairs
Morts là où lui peut encore voir les rivières
Qui ne cessent pas de luire pas d’ébaudir
Avec leurs chants de bataille finie l’ouïr
Des sur­vi­vants de la vie vécue
                                                     il a mal
A l’endroit des visages dor­mis dans les vals
Rétrécis par son cœur anti­thé­tique
                                                                esquisse
Du locus amœ­nus les limites cica­trices
Sur les­quelles il se tient en défri­chant la vue
Il fait un pas foule du pied l’herbe bat­tue
Contre une pierre chute
                                            déjà il se fait vieux
                     (des­tin conso­nan­tique)
Il a deux trous bleu-silence au lieu de ses yeux

 

 

Les choses

 

Jeté le filet sur l’abondance des choses
J’épuise mes mains mises à l’empan du dehors
Dix doigts ne suf­fisent pas au poids de mon corps
Allégé du désir d’elles qu’on y appose

Les choses                  je ne les vois pas encore
                  les choses
Gisent ajour­nées au fond de l’étang d’une eau
Qui dort quand moi je vou­drais plon­ger sur le dos
Nuque ten­due yeux éveillés vers le ciel d’or

J’ai peur du noir
                             ne nage que sur les bords
Oublie peu à peu face au pré­cieux bleu sans Cause
L’objet inas­sou­vi de mon pre­mier effort

Eblouie je sens alors mes pieds qui se posent
Au filet inutile dont les choses se bardent
Partant d’autres l’auraient jeté
                                                       moi je le garde

 

 

Limitation

 

Si nos mimes étirent
L’étendu     monde amer
                déjà
Sale et sucré
Pour n’y trou­ver que
Râles
       cris
pleurs et rires
Ebroués du bout
De nos doigts alan­guis

Si parent nos dits répé­tés
Le vu au devant en par­tie
Des mêmes
Contingences infi­nies
Pour s’y recon­naître pâles
Et bube­lés
                   presque morts
Le front pan­tin plein de rides
Le regard
Eberlué liquide

Si
Si
Si l’engeance

Alors je dis oui
                        d’accord
Merci
             encore
De tout ce dépa­reillage
De ce vain maquillage
Où la réa­li­té ivre de nous
Se dit sous
Les super­fi­cies les étages

Je dis aux Hommes
A la peau grise et lui­sante
Soyez
Archéologues du bâti
Sur un puits sans fron­tières
Jouons                  la pièce
dos cour­bé
De la vie mon­tante
Tirons à pile ou face
Vers le ciel dans l’ombre tapi
Laissons les cous lisses
Les corps purs au ves­tiaire
Et entrons bar­dés d’insu dans la place

 

 

X