Bleu de juillet

 

Der­rière le paysage
attentive,
aux failles
                  aux fractures
                               aux plis 

 

Je suis les lignes

de faib­lesse,

l’équilibre des papiers

                                  froissés

 

Je trem­ble pour recoudre

  lier

      les mots au bleu de juillet

 

 

 

Der­rière le paysage

atten­tive,

aux failles

                aux fractures

                                   aux plis

 

Les sutures suiv­ent les bords

des déchirures

                des paroles

                                murmurées

 

Je tisse, détisse,

   Pénélope,

con­jure le temps et l’espace,

                        l’usure des corps

 

 

Je trem­ble pour recoudre

  lier

      les mots au bleu de juillet

 

 

 

Un phrasévi­bré

qui vac­ille

          l’élégance pro­pre aux guenilles

 

Coudre

rap­procher les deux bords

lec­tures

         écri­t­ures chiffonnées

 

 

La langue qui se recompose

accueille le bruisse­ment des êtres

   des plus humbles

                        aux plus savants

 

Je trem­ble pour recoudre

  lier

      les mots au bleu de juillet

 

 

Le trag­ique troue le texte

                              les nuages

    tra­verse le tis­su des mots

Ils le referment 

                      aussitôt

 

 

Tis­su céleste

bleu de juillet

 

 

1.

Tou­jours la langue veut dire

     insiste

                pulse

 

la mer    le ciel jamais fini

les humeurs de nuages ourlés

le jeu des mécaniques disjointes

les secrets sans partage

                                       le ratage

 

 

Vivre dans une bibliothèque

de cor­re­spon­dances

                                et d’écarts

pour le hasard et les épreuves

                                               d’une vie

Des guillemets volet­tent autour

comme des fantômes

au-dessus d’un corps alangui

 

 

2.

Tou­jours la langue porte en elle

cette dynamique cachée

qui mène

                aux change­ments de mondes

 

De débor­de­ments en éclipses

le désir s’exalte et s’étire

                                        mais il va

 

Il ignore l’histoire qu’il construit

 

 

3.

Tou­jours la langue veut dire

     insiste

                pulse

La langue portée par les hommes

organ­ise des formes libres

         avant de les disperser

                                   dans un souffle

 

 

Redé­pli­er la langue le jour

comme un vête­ment àrepasser

qu’on a déjàtrop replié

                                    trop reprisé

et qui s’effiloche et se troue

pen­dant la nuit

 

 

Pure élec­tric­ité­du réel

                 Tou­jours la  langue  veut  dire