> Marie-Philippe Deloche, Bleu de juillet, Toujours la langue veut dire

Marie-Philippe Deloche, Bleu de juillet, Toujours la langue veut dire

Par |2018-10-05T05:11:42+00:00 5 octobre 2018|Catégories : Marie-Philippe Deloche, Poèmes|

Bleu de juillet

 

Derrière le pay­sage
atten­tive,
aux failles
                  aux frac­tures
                               aux plis 

 

Je suis les lignes

de fai­blesse,

l’équilibre des papiers

                                  frois­sés

 

Je tremble pour recoudre

  lier

      les mots au bleu de juillet

 

 

 

Derrière le pay­sage

atten­tive,

aux failles

                aux frac­tures

                                   aux plis

 

Les sutures suivent les bords

des déchi­rures

                des paroles

                                mur­mu­rées

 

Je tisse, détisse,

   Pénélope,

conjure le temps et l’espace,

                        l’usure des corps

 

 

Je tremble pour recoudre

  lier

      les mots au bleu de juillet

 

 

 

Un phra­sé­vi­bré

qui vacille

          l’élégance propre aux gue­nilles

 

Coudre

rap­pro­cher les deux bords

lec­tures

         écri­tures chif­fon­nées

 

 

La langue qui se recom­pose

accueille le bruis­se­ment des êtres

   des plus humbles

                        aux plus savants

 

Je tremble pour recoudre

  lier

      les mots au bleu de juillet

 

 

Le tra­gique troue le texte

                              les nuages

    tra­verse le tis­su des mots

Ils le referment  

                      aus­si­tôt

 

 

Tissu céleste

bleu de juillet

 

 

1.

Toujours la langue veut dire

     insiste

                pulse

 

la mer    le ciel jamais fini

les humeurs de nuages our­lés

le jeu des méca­niques dis­jointes

les secrets sans par­tage

                                       le ratage

 

 

Vivre dans une biblio­thèque

de cor­res­pon­dances

                                et d’écarts

pour le hasard et les épreuves

                                               d’une vie

Des guille­mets volettent autour

comme des fan­tômes

au-des­sus d’un corps alan­gui

 

 

2.

Toujours la langue porte en elle

cette dyna­mique cachée

qui mène

                aux chan­ge­ments de mondes

 

De débor­de­ments en éclipses

le désir s’exalte et s’étire

                                        mais il va

 

Il ignore l’histoire qu’il construit

 

 

3.

Toujours la langue veut dire

     insiste

                pulse

La langue por­tée par les hommes

orga­nise des formes libres

         avant de les dis­per­ser

                                   dans un souffle

 

 

Redéplier la langue le jour

comme un vête­ment àre­pas­ser

qu’on a déjà­trop replié

                                    trop repri­sé

et qui s’effiloche et se troue

pen­dant la nuit

 

 

Pure élec­tri­ci­té­du réel

                 Toujours la  langue  veut  dire

X